THOMAS TEURLAI

en - it - fr

THOMAS TEURLAI

Thomas Teurlai, Camping sauvage, 2012

Thomas Teurlai, Camping sauvage, 2012

Born 1988, Meaux, France
Lives and works in Vladivostok and Geneva, Switzerland
Graduated from DNAP at Beaux-arts de Nantes and DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) at the Villa Arson in Nice in 2009. Young création of villa de Nice Award with a one year residency. He has entered into many collaborations with Quentin Euverte and Ugo Schiavi. His solo exhibitions include: Chopper Desk, The Fish Factory, Stodvarfjordur (2012); Klaus Nomi auf L.S.D., Picto, Geneva (2011).
Among his group exhibitions: Le trou, Villa Bernasconi, Geneva (2012); Mauvais Coups Pour Trois Fois Rien, Hangar Alstom, Nantes (2011); Le Laboratorium, Arles (2011); 345 Elder, The Broadway Space, New York (2007).
Solo exhibition as part of the Modules – Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent at Palais de Tokyo, Paris (2013-2014).

Project: From & To

 

Nato nel 1988, vive e lavora a Vladivostok e a Ginevra. Ottiene il diploma DNSEP alla Villa Arson nel 2009. Tra le sue mostre personali: Chopper Desk, The Fish Factory, Stodvarfjordur (2012); Klaus Nomi auf L.S.D., Picto, Ginevra (2011); Modules – Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, al Palais de Tokyo, Parigi (2013-2014). Fra le mostre collettive, segnaliamo: Le trou, Villa Bernasconi, Ginevra (2012); Mauvais Coups Pour Trois Fois Rien, Hangar Alstom, Nantes (2011); Le Laboratorium, Arles (2011); 345 Elder, The Broadway Space, New York (2007).

 

Né en 1988, vit et travaille à Vladivostok et Genève. Diplômé du DNSEP à la Villa Arson en 2009. Parmi ses expositions personnelles : Chopper Desk, The Fish Factory, Stodvarfjordur (2012); Klaus Nomi auf L.S.D., Picto, Geneve (2011); Modules – Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, au Palais de Tokyo, Paris (2013-2014). Parmi ses expositions collectives : Le trou, Villa Bernasconi, Genève (2012); Mauvais Coups Pour Trois Fois Rien, Hangar Alstom, Nantes (2011); Le Laboratorium, Arles (2011); 345 Elder, The Broadway Space, New York (2007).

Image:
Thomas Teurlai, Camping sauvage, 2012

close
en - it - fr

GUILLAUME MANSART IN CONVERSATION WITH DIANE BLONDEAU, VIVIEN ROUBAUD AND THOMAS TEURLAI

GUILLAUME MANSART IN CONVERSATION WITH DIANE BLONDEAU, VIVIEN ROUBAUD AND THOMAS TEURLAI

A Dystopian Sculpture

Guillaume Mansart It’s the first time you’ve worked together. Here you’re offering a joint production. In what sense was this collective dynamic important?
Diane Blondeau, Vivien Roubaud and Thomas Teurlai The From & To project was based on the idea of a collaborative exchange between young French and Italian artists. The three of us already knew each other. We got along well and lived in more or less the same area. Each of us having been separately involved in several collaborations, we were aware that this presented an advantage in terms of energy, labour power and letting go.

G.M. Beyond the spirit of intellectual competition, one senses that this collective logic is also efficient when it comes to production.  At the work-creation stage, a distinctive organisational logic can already be discerned…
D.B, V.R., T.T. This is something that creeps into our practices and into those of quite a few artists of our generation. Primarily out of pure pragmatism: how can something be created with few resources? By inventing our tools, by making do with whatever we have at our disposal. When it’s finished, the work might appear to “take a stand against traditional principles”, but more than anything else this is because we have no choice! It’s a flaw that becomes a quality. 

G.M. What is the meaning of the title Jambe de botte?
D.B, V.R., T.T. It’s the literal translation of “bootleg”, an English term that designates pirate recordings of concerts or studio albums. The term also designates the art of “turntablism”, which consists in constructing a single piece of music out of several others. Jambe de botte served as a shapeless title, like melted plastic.

G.M. For the creation of this piece, you tested several types of material, ultimately choosing plastic from melted garden chairs. There’s a certain irony in the fact that plastic chairs are turned into a kind of “missile sculpture”. Why did this material stand out?
D.B, V.R., T.T. This brings us back to production circuits and pragmatism. How a combination of gestures can produce an image. We very empirically tested hundreds of combinations. Then we took a deckchair, burned it with a flamethrower, and the result was perfect. We work on the French Riviera, where the dumps are full of this kind of furniture. We were conscious of reflecting the dystopian faults of this strange place that, when you remove the glamour of the sun and palm trees, smells of cheap suntan lotion, melted poodles and social violence.

G.M. How were the forms of the different sculptures created?
D.B, V.R., T.T. We aligned casts found in an abandoned train parts foundry, in such a way that we were able to create cylinders that could be spun like record players. We poured the plastic and suddenly we had Scud missiles.

G.M. Could you explain the “archaeo-acoustic” notion behind your project?
D.B, V.R., T.T. It’s a fairly vague discipline situated between acoustics, archaeology and charlatanism, and its aim is to find pre-Edison sound recordings through sound imprints accidentally recorded on different types of object. Since sound is a vibration, in principle it can be inscribed on the media it comes into contact with.

G.M. The forms of the various sculptures evoke something of a warlike world. Added to these forms is a sound that gives the space a stressful atmosphere. How is this sound produced?
D.B, V.R., T.T. From the outset we planned to create forms that could be “played” in the space. Then everything developed very spontaneously. The day before the exhibition opened, we had to make up our minds to bring the sculptures into the exhibition venue. Once they were set up, we took a playback head and placed it on one of the rotating Scuds and it was Fallujah in the centre dart. The perfect tautology.

G.M. Although object and device diversion and DIY are found in your respective works, I get the impression that the question of sculpture is fairly new. In fact, in your piece one finds “historical” questions liked to sculpture: materiology, volume, casting techniques, a plinth…  Does Jambe de botte enable you to tackle new fields of investigation?
D.B, V.R., T.T. We considered simple questions that are not at all historical. A plinth is practical. It keeps the work at a distance and prevents a Scud from falling on someone. Plastic is more solid than margarine, etc.  Above all, this project confirmed that in the middle of personal practices and trajectories, it’s essential to regularly make time for collective periods and keep making use of resourcefulness.

March 2015

Protagonists: Diane Blondeau, Vivien Roubaud, Thomas Teurlai
Project: From & To

Une sculpture dystopique

Guillaume Mansart C’est la première fois que vous travailliez ensemble. Ici, vous faites une proposition de production partagée. En quoi cette dynamique collective a-t-elle été importante ?
Diane Blondeau, Vivien Roubaud et Thomas Teurlai L’idée à la base du projet From & To, c’était un échange collaboratif entre des jeunes artistes français et italiens. Tous les trois, nous nous connaissions déjà, nous nous entendions bien et nous vivions plus ou moins au même endroit. Après plusieurs collaborations chacun de notre coté, nous étions conscients de l’intérêt que cela représentait en matière d’énergies, de force de travail et de lâcher prise.

G.M. Au-delà de l’émulation intellectuelle, on sent que cette logique collective trouve aussi une efficience dans la question de la production. Dans l’étape de réalisation de l’œuvre on peut déjà lire une logique d’organisation propre…
D.B, V.R., T.T. C’est quelque chose qui traine dans nos pratiques comme dans celles de pas mal d’artistes de notre génération. D’abord par pur pragmatisme : comment réalise-t-on quelque chose avec peu de moyen ? En inventant nos outils, en faisant avec ce que l’on a sous la main. À l’arrivée, peut-être que le travail semble « s’affirmer contre les logiques traditionnelles », mais c’est plus par défaut qu’autre chose ! C’est un défaut qui devient une qualité. 

G.M. Que signifie le titre Jambe de botte ?
D.B, V.R., T.T. C’est la traduction littérale de « bootleg », un terme anglais qui désigne les enregistrements pirates de concerts ou de studio. Le terme désigne aussi l’art du « turntablisme » qui consiste à construire un seul morceau de musique à partir de plusieurs. Jambe de botte faisait un titre informe, comme du plastique fondu.

G.M. Pour la réalisation de cette pièce, vous avez testé plusieurs types de matériaux, pour au final vous arrêter sur du plastique provenant de chaises de jardin fondues. Il y a une forme d’ironie dans le fait de transformer des chaises en plastique en sorte « sculpture missile ». Pourquoi ce matériau s’est-il imposé ?
D.B, V.R., T.T. On en revient aux circuits de productions et au pragmatisme. Comment une combinaison de gestes simples peut « faire image ». Nous avons testé de manière très empirique des centaines de combinaisons. Puis nous avons pris un transat, nous l’avons brûlé au lance-flammes, et le résultat était parfait. Nous travaillions sur la Côte d’Azur, les décharges sont pleines de ce type de mobilier. Nous avions conscience de renvoyer les travers dystopiques de cet étrange endroit qui, dégagé du côté glamour du soleil et des palmiers, sent la crème solaire bon marché, le caniche fondu et la violence sociale.

G.M. Comment les formes des différentes sculptures ont-elles été créées ?
D.B, V.R., T.T. Nous avons aligné des moules trouvés dans une fonderie de pièces de trains abandonnées, de manière à pouvoir créer des cylindres que l’on pourrait faire tourner comme des phonographes. Nous avons coulé le plastique et d’un coup nous avions des missiles Scud.

G.M. Pourriez vous expliciter la notion d’ « archéo-acoustique » qui est à l’origine de votre projet ?
D.B, V.R., T.T. C’est une discipline assez obscure qui se situe entre l’acoustique, l’archéologie et le charlatanisme, et qui entend retrouver des enregistrements sonores pré-Edison à travers des empreintes sonores qui auraient été enregistrées accidentellement sur différents types d’objets. Puisque le son est une vibration, il peut censément s’inscrire sur les supports avec lesquels il entre en contact.

G.M. Les formes des différentes sculptures évoquent un univers plutôt guerrier, à ces formes s’ajoute un son qui installe dans l’espace d’exposition une atmosphère anxiogène. Comment se son est-il produit ?
D.B, V.R., T.T. Dès le début nous envisagions de créer des formes que l’on pourrait « jouer » dans l’espace. Ensuite, tout s’est enchainé de manière très spontanée. Nous avons dû nous résoudre, la veille du vernissage, à amener les sculptures dans le lieu d’exposition. Une fois qu’elles étaient installées, nous avons pris une tête de lecture que nous avons posé sur un des SCUD rotatifs et c’était Fallujah dans le centre d’art. Tautologique à souhait.

G.M. Si le détournement d’objets ou de dispositifs et le DIY sont présents dans vos travaux respectifs, j’ai l’impression que la question de la sculpture est assez nouvelle. En effet, on retrouve dans votre pièce des questions « historiques » liées à sculpture : matériologie, volume, techniques de moulage, socle, … Jambe de botte vous permet-elle d’engager de nouveaux champs d’investigation ?
D.B, V.R., T.T. On s’est posé des questions simples qui ne sont en rien historiques. Un socle c’est pratique, ça tient à distance et ça évite qu’un SCUD tombe sur quelqu’un. Le plastique c’est plus solide que la margarine, etc. Ce projet nous a surtout confirmé qu’il était indispensable au sein de pratiques et de trajectoires personnelles d’aménager régulièrement ces temps collectifs et de continuer à jouer de débrouille.

Mars 2015

Image:
1. Diane Blondeau / Vivien Roubaud / Thomas Teurlai, Jambes de bottes, 2014, mixed media. Photo: Villa Arson / Jean Brasille

close