SYLVIE BOULANGER

en - it - fr

SYLVIE BOULANGER

 

sylvie_boulanger-(1)

Sylvie Boulanger is founder and curator of Salon Light since its creation in 2004.
She has directed Cneai since 1997. She curated over a hundred exhibitions, published more than seventy books (artist’s books, journals, catalogues) and produced several documentaries. She is a member of several research labs, she also contributes to academic reviews like Multitudes and she lectures in art schools and universities. She was the founder of the production agency APC (Art Public Contemporain) that she directed for ten years (1990-1997) after occupying the position of associate director “exhibition and communication” within the Ministry of Culture visual arts delegation (1987-1990).

Project: Ephemera
Space: Cneai =
Partner: Salon light
Focus: Prepared Piano – Model for a New Institutionalism

 

Dirige il Cneai dal 1997. Ha curato un centinaio di mostre, pubblicato più di settanta opere (tra libri d’artista, cataloghi, riviste) e diretto alcuni documentari. È ricercatrice associata in diversi laboratori di ricerca, collabora con varie riviste scientifiche, come la rivista Multitudes, e tiene conferenze nelle Accademie di Belle Arti e nelle Università. Ha fondato l’agenzia di produzione APC (Art Public Contemporain) che ha diretto per dieci anni (1990-1997), dopo essere stata direttrice aggiunta alla delegazione delle arti plastiche del Ministero della Cultura francese.

 

Sylvie Boulanger dirige le Cneai depuis 1997. Elle a été commissaire d’une centaine d’expositions, a publié plus de 70 ouvrages (livres d’artistes, revues, catalogues) et produit quelques documentaires. Elle est chercheur associée de plusieurs laboratoires de recherche, contribue à des revues scientifiques comme la revue Multitudes, et donne des conférences dans des écoles d’art et des universités. Elle a fondé l’agence de production APC (Art Public Contemporain) qu’elle a dirigé pendant dix ans (1990-1997), après avoir été directrice adjointe « exposition et communication » à la délégation aux arts plastiques du ministère de la Culture (1987-1990).

close
en - it - fr

VINCENT HONORÉ IN CONVERSATION WITH SYLVIE BOULANGER, CNEAI =, CHATOU

VINCENT HONORÉ IN CONVERSATION WITH SYLVIE BOULANGER, CNEAI =, CHATOU

Vincent Honoré When was the Cneai formed and what triggered its creation?
Sylvie Boulanger The history of the place prepared the art centre to adopt the question of art as media. Indeed, it was there that the Fauve artists Maurice de Valminck and André Derain practised the craft of engraving from 1905 for the publication of a young Guillaume Apollinaire’s L’Enchanteur pourrissant (The Rotting Magician) by Daniel-Henry Kahnweiler. When the art centre was created in 1997, the question was whether to make it a place for engraving, but three years of research and production with thirty or so artists including Claude Closky, Robert Morris and Peter Downsbrough, led us to consider engraving as an original form of publication. Historically desktop publishing originated in Dada and Russian Constructivism and developed in the ’60s. A new generation of curators has recently formed, considering space made public as public space and the act of publishing as an artistic act. They adjust to current artistic crises: fluidity, network, complexity of sources and exchanges, sharing of authority, collaborative gestures, nomadic artistic practices, interwoven with creation, quotes and interpretation.
Alongside the exhibition, production and publishing programme, we have therefore created tools at the service of this scene: in 1997 exhibition spaces, in 2000 FMRA research funds (ephemera), in 2007 the Floating House – designed by Erwan and Ronan Bouroullec – which acts as residence, lastly in 2011 the new space designed by Philippe Bona and Elisabeth Lemercier. Other ideas are being finalised …

Cneai’s staircase by Bona-Lemercier

Cneai’s staircase by Bona-Lemercier

V.H. The projects seem quite diverse reading the venue’s statement of intent. How can the first intent, that is its very essence be summed up?
S.B. The subject is redefined every day according to artistic needs: a parallel history of art generated by distribution matters that at once establish distribution as an act of criticism. The definition of artistic activity, wrote Marcel Broodthaers with a certain provocation, ‘is found, above all, in the field of distribution.’
Editorial practice is a field of research that we are passionate about, as it compromises the act of distribution as a critical act and collaborative practice. And if publishing etymologically means to make public, it is recognised that the transmission, distribution and reception of art are three fundamental indices of the work of the Cneai.
It is also a place that we try to keep free from any institutional project, that is open to projects by art protagonists who invent a new function for a decompartmentalised art scene, emancipated from academic categories and therefore extended to sound, writing and performance… as well as collaborative fields.

V.H. The Cneai is responsible for a collection comprising 11,000 pieces. How does the collection initiate the programme, or even the structure of the site? Pontus Hultén declared: ‘A collection isn’t a shelter into which to retreat. It’s a source of energy for the curator as much as for the visitor.’ What about the Cneai collection?
S.B. This quote is new to me and I love it. The energy between the collection and the programme is prolific. The value of an artist’s publication lies in action – reading, listening, exhibition… – so it is both an account but also a tool.
That is exactly why we have had the Cneai redeveloped and expanded by Elisabeth Lemercier and Philippe Bona to enable this exchange of energy between the collection and the programme. In order to be able to offer a new programme model in the form of scenarios from several points of view where the exhibition registers and the presentation of the collections blend with the presentation of an isolated work or a publication.
We use pieces from the collection for their research potential, and we increase the collection according to the needs of the artists and guest curators. This double movement gives meaning to the establishment of the fund, likewise the programme.

Cneai’s Maison Flottante

Cneai’s Maison Flottante

V.H. Since the end of the ’90sthearchitecture of museums and art centres, has become the subject of debates about the mission of museums and art centres: there has been a change, as analysed by Charlotte Klocek, from the ‘educated citizen’ (19th century) to the ‘informed consumer’ (20th century). The spectacular architecture of Gehry, Hadid, Nouvel, and Herzog & de Meuron are visible signs of it. How do you situate the Floating House in this context?
S.B. Surprisingly this architecture by the Bouroullec brothers was very badly received by certain local cultural players! It seems that in small towns journalists, curators and other cultural producers, who are neither educated citizens nor informed consumers, confront us. The Floating House installation traumatised all those who were living on their island, because of their nostalgic for their status as curators from the time of the impressionists.
The art centre and the Floating House are located sufficiently far from the town, from work, but relatively close to housing areas, a little isolated in nature, in the middle of a wooded island, between the two banks of the Seine and near to a park, with walkways and stopping places to eat, picnic and play. The location gives a feeling of privacy and vacuity, a condition necessary for encountering art… The Floating House is both an extremely simple and intuitive to use residential property and an object for contemplation.

V.H. Charles Esche described his ideal museum as fundamentally vague: both, simultaneously, and integrally, a community centre, laboratory, institute and a gallery. It is a place where production is not necessarily ‘productive’ and a place under constant reconfiguration; a form open to incomplete architecture. How did you structure the curatorial approach to the place, to the institution?
S.B. The art centre is in fact for me a place ‘void of project,’ whose artistic project is by definition in a state of perpetual movement triggered by the artists and players themselves. Consequently it is more about creating a context than a place or a programme.
The Cneai therefore proposes a new dynamic model:
- collaborative: artists, curators, editors are invited to share the artistic programme. Currently, Christophe Lemaitre has been invited to share the art direction, for Yona Friedman it is a forum for experimentation, for three years Jef Geys has been an important partner to test the levels of values in art;
- cooperative: the projects are proposed to a network of fellows so that they can also be developed elsewhere and to others. We work on average with about a hundred partners every year;
- cultural: beyond the scope of art is acceptable as a source of work and as such been made visible in the programme: music, cinema, science etc;
- transmissible : each invitation leads to several forms of transmission, from exhibition to performance including publication and research residencies. Festivals and study days have replaced previews…

Cneai’s exhibition space

Cneai’s exhibition space

V.H. What is the role of a contemporary art centre director in 2014?
S.B. To resolve a multitude of paradoxical equations:
- to create a context for creation and research in a venue destined for a wide audience and therefore to have the power to believe in humans;
- to reconcile the often contradictory objectives of the artists and figures in the art scene with those of the financial partners and to be a mediator between them;
- to produce personal research whilst remaining devoted to a team and a programme;
- to enrol the place in a synthetic vision between the history of art, current events and movements taking place;
- and above all, to take sides between figures who seek to gain financially or through the media – and those for whom the pleasure remains in spite of it all, the transmission of the artistic experience.
The M/M (Paris) aptly named the role of art centre director when, at the end of their exhibition at the Cneai, I was treated like a Swiss Army knife… Finally, it means to continually entice first-hand experience at reinventing a place as a desirable space.

V.H. PIANO wishes to create a space for exchange and dialogue between Italian and French art venues. Why did you want to participate and what programme are you offering?
S.B. The first residency in the Floating House by Daniele Balit, Maria Alicata and Adrienne Drake, three Italian curators, fired up passionate discussions about the question of version. We have identified works from the collection that have been considered in reference to other older works, whether from the visual arts, musical, cinematic or any other domain. Now it is a question of inviting these artists to develop or activate their old projects (version 3) here and now, at the MACRO and at the Cneai, during two exhibitions that will take place in October 2014 in Rome and in autumn 2015 at the Cneai.
The project is largely research carried out within two archives, one Italian (1:1projects), the other French (FMRA collection).
Our project will attempt to provide concrete answers to questions about formal frontiers (objects, performances, images); about cultural borders (literary, musical, film, scientific, design…); about derived artistic processes (curatorial, editorial, collection and research); and about hybridization of the figures (artists, editors, curators, collectors, sellers or researchers).

 

Vincent Honoré Quand a été créé le Cneai et qu’est-ce qui a présidé à sa création ?
Sylvie Boulanger L’histoire du lieu prédisposait le centre d’art à se situer sur la question de l’art comme média. En effet, les peintres fauves Maurice de Valminck et André Derain y expérimentent dès 1905 la technique de la gravure pour l’édition de L’Enchanteur pourrissant du jeune Guillaume Apollinaire par Daniel-Henry Kahnweiler. Quand le centre d’art est créé en 1997, la question se pose d’en faire le lieu de la gravure, mais trois années de recherches et de production avec une trentaine d’artistes dont Claude Closky, Robert Morris ou Peter Downsbrough, nous amènent à considérer la gravure comme une forme de publication originale. Historiquement la pratique de la micro-édition prend sa source dans Dada et le Constructivisme russe et se développe dans les années 60. Une nouvelle génération de curateurs s’est constituée récemment, considérant l’espace publié comme un espace public et l’acte de publier comme un acte artistique. Ils s’ajustent aux urgences artistiques actuelles : fluidité, réseau, complexité des sources et des échanges, partage de l’autorité, actes collaboratifs, pratiques artistiques nomades, métissées de création, de citations et d’interprétation.
Aux côtés du programme d’exposition, de production et d’édition, nous avons donc créé les outils au service de cette scène : en 1997 les espaces d’expositions, en 2000 les fonds de recherche FMRA (éphéméras), en 2007 la Maison Flottante – dessinée par Erwan et Ronan Bouroullec – qui nous sert de résidence, enfin en 2011 les nouveaux espaces dessinés par Philippe Bona et Elisabeth Lemercier. D’autres idées sont en cours de définition…

V.H. En lisant la note d’intention du lieu, ses missions semblent assez diverses. Comment en résumer l’intention première, l’essence ?
S.B. Le sujet se redéfinit chaque jour avec les nécessités artistiques : une histoire de l’art parallèlegénérée par des questions de distribution qui instaurent d’emblée la diffusion comme acte critique. La définition de l’activité artistique, écrivait Marcel Broodthaers avec une certaine provocation, « se trouve, avant tout, dans le champ de la distribution ».
La pratique éditoriale est un champ de recherche qui nous passionne, car il met en jeu l’acte de diffusion comme acte critique et pratique collaborative. Et si publier signifie étymologiquement rendre public, on comprendra que la transmission, la diffusion et la réception de l’art sont trois indices fondamentaux de l’activité du Cneai.
C’est aussi un lieu que nous tentons de garder vide de projet institutionnel, c’est à dire ouvert au projet des acteurs de l’art qui inventent un nouveau fonctionnement pour une scène artistique décloisonnée, émancipée des catégories académiques et donc à la fois étendue aux domaines du son, de l’écrit, de la performance… et collaborative.

V.H. Le Cneai est responsable d’une collection de 11.000 pièces. Comment la collection informe le programme, voire la structure du lieu ? Pontus Hultén a pu déclarer : « A collection isn’t a shelter into which to retreat. It’s a source of energy for the curator as much as for the visitor ». Qu’en est-il de la collection au Cneai ?
S.B. Je ne connaissais pas cette citation, elle me ravit. Les liens d’énergie entre la collection et le programme sont prolifiques. Une publication d’artiste tient sa valeur de l’action – lecture, écoute, exposition… – dont elle est à la fois le témoignage mais aussi l’outil.
C’est précisément pour permettre cet échange d’énergie entre la collection et la programmation que nous avons fait agrandir et réaménager le Cneai par Elisabeth Lemercier et Philippe Bona. Afin de pouvoir proposer un nouveau modèle de programmation sous forme de scénarios en plusieurs points de vue où les registres de l’exposition et de la présentation des collections se conjuguent à la présentation d’une œuvre isolée ou d’une publication.
Nous utilisons les pièces de la collection pour leur potentiel de recherche, et nous augmentons la collection en fonction des besoins des artistes et curateurs invités. Ce double mouvement donne tout son sens à la constitution du fonds, comme au programme.

V.H. L’architecture des musées et des centres d’art, depuis la fin des années 90, est devenu l’objet de débats sur la mission des musées et des centres d’art : on est passé, comme l’a analysé Charlotte Klocek, du « citoyen éduqué » (XIXe siècle) au « consommateur informé » (XXe siècle). Les architectures spectaculaires de Gehry, Hadid, Nouvel, ou Herzog & de Meuron en sont les signes évidents. Comment situez-vous la Maison Flottante dans ce contexte ?
S.B. L’architecture des frères Bouroullec a étrangement été très mal accueillie par certains acteurs culturels locaux ! Il semble que nous soyons confrontés, dans les petites villes, à des journalistes, conservateurs et autres producteurs culturels qui ne soient ni citoyens éduqués, ni consommateurs informés. L’installation de la Maison Flottante a provoqué un traumatisme pour tous ceux qui vivaient sur leur île, par leur statut nostalgique de conservateurs du temps des impressionnistes.
Le centre d’art et la Maison Flottante sont situés suffisamment loin de la ville, du travail, mais relativement proche des quartiers d’habitations, plutôt isolé dans la nature, au milieu d’une île arborée, entre les deux berges de la Seine et à proximité d’un parc, avec des chemins de marche et des haltes pour se restaurer, pique-niquer ou jouer. La situation donne une sensation d’intimité et de vacuité, état nécessaire à la rencontre de l’art… La Maison Flottante est à la fois un objet d’habitation d’usage extrêmement simple et intuitif et un objet de contemplation.

V.H. Charles Esche a décrit son musée idéal comme étant fondamentalement incertain : à la fois, simultanément, et intégralement, centre communautaire, laboratoire, institut, galerie. Un lieu ou la production n’est pas obligatoirement « productive », un lieu en permanente reconfiguration, une forme ouverte à l’architecture incomplète. Comment avez-vous structuré l’approche curatoriale du lieu, de l’institution ?
S.B. Le centre d’art est en effet pour moi un lieu « vide de projet », dont le projet artistique est par définition dans un perpétuel mouvement déclenché par les artistes et les acteurs eux-mêmes. Par conséquent il s’agit plus de créer un contexte qu’un lieu ou un programme.
Le Cneai propose donc un nouveau modèle, de type dynamique :
- collaboratif : des artistes, curateurs, éditeurs sont invités à partager le programme artistique. Actuellement, Christophe Lemaitre est invité à partager la direction artistique, Yona Friedman en fait son lieu d’expérimentation, Jef Geys est un partenaire important pour expérimenter depuis trois ans les niveaux de valeurs dans l’art… ;
- coopératif : les projets sont proposés à un réseau de confrères pour qu’ils puissent se développer aussi ailleurs et à plusieurs. Nous travaillons en moyenne avec une centaine de partenaires tous les ans ;
- culturel : le hors-champs de l’art est assumé comme source de travail et à ce titre rendu visible dans les programmations : musique, cinéma, sciences… ;
- transmissible : chaque invitation donne lieu à plusieurs formes de transmission, de l’exposition à la performance en passant par l’édition ou la résidence de recherche. Les festivals et les journées d’études ont remplacé les vernissages…

V.H. Quel est le rôle d’un directeur de centre d’art contemporain en 2014 ?
S.B. Résoudre une multitude d’équations paradoxales :
- créer un contexte de création et de recherche dans un lieu destiné aux publics les plus larges et donc croire absolument en l’humain ;
- concilier les objectifs souvent contradictoires des artistes et acteurs de l’art avec ceux des partenaires financiers et donc être traducteur français/français ;
- produire une recherche personnelle tout en se consacrant à une équipe et un programme ;
- inscrire le lieu dans une vision synthétique entre l’histoire de l’art, l’actualité et les mouvements en train de se faire ;
- et surtout, choisir son camp entre les acteurs qui poursuivent le profit par l’art – financier ou médiatique – et ceux dont le plaisir reste en dépit de tout, la transmission de l’expérience artistique.
Les M/M(Paris) ont bien nommé le rôle d’un directeur de centre d’art quand, à l’issu de leur exposition au Cneai, ils m’ont traitée de couteau suisse… Finalement, il s’agit de tenter éternellement une expérience concrète de réinvention d’un lieu comme espace désirable.

V.H. PIANO veut créer un espace d’échange et de dialogue entre des lieux d’art italiens et français. Pourquoi avez-vous souhaité participer et quel programme proposez-vous ?
S.B. La première résidence sur la Maison Flottante de Daniele Balit, Maria Alicata et Adrienne Drake, les trois curateurs italiens, a généré des discussions passionnantes sur la question de la version. Nous avons identifié des œuvres de la collection qui avaient été pensées en références à d’autres œuvres plus anciennes, qu’elles soient issues du domaine plastique, musicale, cinématographique ou autre. Il est question maintenant d’inviter ces artistes à développer ou activer leurs anciens projets (version 3) ici et maintenant, au MACRO et au Cneai, lors de deux expositions qui auront lieu en octobre 2014 à Rome et à l’automne 2015 au Cneai.
Le projet se résume donc en une recherche effectuée au sein de deux archives, l’une italienne (1:1projects), l’autre française (collection FMRA).
Notre projet tentera d’apporter des réponses concrètes aux questions de frontièresformelles (objets, performances, images) ; de frontières culturelles (littéraire, musicale, filmique, scientifique, design…) ; d’actes artistiques dérivés (curatoriaux, éditoriaux, de collection et de recherche) ; et d’hybridation des acteurs (artistes, éditeurs, curateurs, collectionneurs, vendeurs ou chercheurs).

Images:
1. Jef Geys, Coloring book for adults, 1963-2014. Photo: Steven Decroos. Courtesy Mu.ZEE, Ostend. Exhibition Jef Geys. C’est aujourd’hui dimanche, tiens ma jolie maman voilà des roses blanches, toi qui les aimes tant!, 8 February – 22 June 2014
2. Cneai’s staircase by Bona-Lemercier. Photo: Cneai
3. Cneai’s Maison Flottante. Photo: Sebastien Agnetti
4. Cneai’s exhibition space. Photo: Aurélien Mole

Protagonist: Sylvie Boulanger
Space: Cneai =
Project: Ephemera

close