MÉLANIE BOUTELOUP

en - it - fr

MÉLANIE BOUTELOUP

Mélanie Bouteloup is a co-founder and the current director of Bétonsalon – Centre for art and research. Over the last ten years, she has curated numerous projects in various forms that anchor research in society on process-based, collaborative and discursive levels, following different time spans, in cooperation with various local, national and international organizations. In 2012, Mélanie Bouteloup is associate curator with artistic director Okwui Enwezor of the Paris Triennale – an event organised on the initiative of the Ministry of Culture and Communication/DGCA, the Centre National des Arts Plastiques and the Palais de Tokyo.

Mélanie Bouteloup è cofondatrice e direttrice del Bétonsalon – Centre d’art et de recherche. Nel corso degli ultimi dieci anni ha curato numerosi progetti in varie forme che ancorano la ricerca nella società attraverso livelli discorsivi, collaborativi e processuali, che seguono differenti temporalità; progetti che sono stati realizzati in cooperazione con varie organizzazioni locali, nazionali e internazionali. Nel 2012 Mélanie Bouteloup è stata curatrice associata del direttore artistico Okwi Enwezor alla Triennale di Parigi, un evento organizzato su iniziativa del Ministero della cultura e Comunicazione/DGCA, Centro Nazionale delle Arti Plastiche e del Palais de Tokyo.

Mélanie Bouteloup est co-fondatrice et directrice du centre d’art et de recherche Bétonsalon. Au cours des dix dernières années, elle a dirigé de nombreux projets visant à ancrer l’art en société, en partenariat avec de nombreuses organisations locales, nationales et internationales. En 2012, Mélanie Bouteloup est commissaire associée auprès du directeur artistique Okwui Enwezor de La Triennale – manifestation organisée à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication/DGCA, par le Centre national des arts plastiques et le Palais de Tokyo. En 2014, Mélanie Bouteloup est nommée Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres par le Gouvernement français.

Project: Exercizing Doubt: Exhibition as Research
Space: Bétonsalon

close
en - it - fr

VINCENT HONORÉ IN CONVERSATION WITH MÉLANIE BOUTELOUP, BÉTONSALON - CENTRE D'ART ET DE RECHERCHE, PARIS

VINCENT HONORÉ IN CONVERSATION WITH MÉLANIE BOUTELOUP, BÉTONSALON - CENTRE D'ART ET DE RECHERCHE, PARIS

Vincent Honoré What prefigured the creation of Bétonsalon in Paris? Is there a precedent or theoretical model for the space?
Mélanie Bouteloup Bétonsalon was born in 2003 from the assembling of a group that included artists from the École des Beaux-Arts de Paris and art historians, especially from the École du Louvre. We came together around the shared view that Paris lacked places that were midway between art school and institution, places where it was possible to test ideas, make mistakes and show the work of unestablished artists, whether they were still students or were older but unrecognised. At that time, there was Public near the Centre Pompidou and this provided a model, and also the Paris Project Room, which was an important place for the École des Beaux-Arts de Paris.

V.H. How does Bétonsalon fit into its environment, and how is it different from other spaces in Paris?
M.B. Today the Bétonsalon Centre for Art and Research is located in the 13th arrondissement in Paris, on the ground floor of Paris 7 University. It is one of the few independent art centres located on a university campus in France. Because of this, we enjoy a special relationship with the Ministry of education and we are developing a programme that questions standardised forms of knowledge production, classification and distribution. I think art centres have a role to play, supporting art research and rearticulating the position of education, research and creativity in society.

SONY DSC

2. Bétonsalon façade

V.H. Has Bétonsalon’s mission evolved over the course of its 10-year existence?
M.B. As the years and meetings have passed, the organisation has become more professional and its ambitions have asserted themselves. The opening of the Centre for art and research in 2007 was a key moment. At that time we met many university researchers and students whom we gradually got to know well. Bétonsalon’s activities develop in a process-based, discursive way in collaboration with a variety of local, national and international organisations. Today the programming is conceived according to various formats and timeframes, and includes several annual exhibitions interspersed with associated events. Different seminars and workshops are also organised in collaboration with professors from Paris Diderot University.

J3888x2592-00599

3. Bétonsalon façade

V.H. How might one conceive of the possibility of spaces for independent programming in the face of accelerated globalisation, a ubiquitous art market and the hitting power of the largest institutions?
M.B. I think flexible, small-scale organisations like Bétonsalon are needed to preserve this possibility of experimenting with ways of working that involve direct dialogue, even joint construction, with other non-profit organisations. Faced with this crisis situation, there is an urgent need to reconsider how we do things. Cross-disciplinary navigation tactics need to be invented. This could be done as soon as renewed conception of the territory of art could be agreed: a conception of art that favours what’s happening instead of what’s seen, processes instead of objects. An art centre should make the social and cultural frictions of the present perceptible.

4. Exhibition view, Le jour d'après, Bétonsalon - Centre d'art et de recherche

4. Exhibition view, Maryam Jafri. Le jour d’après, Bétonsalon – Centre d’art et de recherche

V.H. Under these conditions, what are the responsibilities of the director of an art centre?
M.B. The responsibility of the whole staff of an art centre is therefore enormous. We have to challenge ourselves, working as closely as possible with the region by maintaining a network of relationships that should be broadened day by day to increase the number of collaborations. To me, an art centre is a contact zone (in Mary Louise Pratt’s sense) in which heterogeneous positions are brought together with the goal of producing new ways of conceiving and influencing a globalised world in crisis.

V.H. PIANO wants to create a network of Italian and French art centres, an exchange zone. Why did you want to join this project and what will you be presenting?
M.B. I wanted to join this project because it fits perfectly with our ambition to be a member of a network of contacts from a variety of backgrounds extending beyond France’s borders. I had a fascinating discussion with Emanuele Guidi, director of ar/ge kunst in Bolzano, about the desire for a research-exhibition, that is to say an exhibition format that makes it possible to work with a diverse group of artists and researchers who all contribute to reflecting on a problem or question. Emanuele Guidi joined forces with Clémence Seilles, I worked with Maryam Jafri. And we built our exhibition with Virginie Bobin, associate curator in charge of the visitors’ project at Bétonsalon. Le jour d’après takes as its point of departure a collection of photographs that show the independence ceremonies of around twenty countries in Asia and Africa, collected by the artist over the past few years with the help of a constellation of researchers. It is a reflection on how history is written. Therefore it is crucial to be able to hear voices other than the official ones, hence the invitation extended to the Italian collective Invernomuto to come and contribute to the exhibition.

1. Exhibition view, Le jour d'après, Bétonsalon - Centre d'art et de recherche

5. Exhibition view, Maryam Jafri. Le jour d’après, Bétonsalon – Centre d’art et de recherche

Vincent Honoré Qu’est-ce qui a préfiguré la création de Bétonsalon à Paris ? L’espace a-t-il un précédent ou un modèle théorique ?
Mélanie Bouteloup Bétonsalon est né en 2003 du rassemblement d’un groupe d’artistes de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris et d’historiens de l’art notamment issus de l’Ecole du Louvre. Nous nous sommes réunis autour du constat qu’il manquait à Paris des lieux intermédiaires entre l’école d’art et l’institution, des lieux où tester des idées, faire des erreurs et montrer le travail d’artistes non établis, qu’ils soient encore étudiants ou plus âgés mais méconnus. A l’époque, il y avait Public près du Centre Pompidou qui a constitué un modèle, mais aussi Paris Project Room, qui a été un lieu important pour l’école des Beaux-Arts de Paris.

V.H. Comment Bétonsalon s’inscrit dans l’environnement qui est le sien, et quelle est sa différence par rapport aux autres espaces parisiens ?
M.B. Le centre d’art et de recherche Bétonsalon est aujourd’hui situé dans le 13ème arrondissement de Paris, au rez-de-chaussée de l’Université Paris 7. Il est un des rares centres d’art indépendants implantés dans un campus universitaire en France. De ce fait, nous bénéficions de relations privilégiées avec l’Education nationale et développons un programme qui questionne les formes normalisées de production, de classification et de distribution du savoir. Je pense que le centre d’art a un rôle à jouer pour accompagner la recherche en art et réarticuler la position de la pédagogie, de la recherche et de la création en société.

V.H. Est-ce que la mission de Bétonsalon a évolué au cours de ses 10 années d’existence ?
M.B. Au fur et à mesure des années et des rencontres, la structure s’est professionnalisée et les ambitions se sont affirmées. L’ouverture du centre d’art et de recherche en 2007 constitue un moment clé. Nous avons alors rencontré de nombreux chercheurs et étudiants du milieu universitaire avec lesquels nous nous sommes peu à peu familiarisés. Les activités de Bétonsalon se développent de manière processuelle et discursive, en collaboration avec une variété d’organisations locales, nationales et internationales. Conçue selon divers formats et temporalités, la programmation comprend aujourd’hui plusieurs expositions annuelles ponctuées d’événements associés. Différents séminaires et ateliers sont de plus organisés en collaboration avec des professeurs de l’Université Paris Diderot.

V.H. Comment concevoir la possibilité d’espaces de programmation indépendants face à une globalisation accélérée, à un marché de l’art omniprésent et à la puissance de frappe des plus grandes institutions ?
M.B. Je pense que des structures flexibles de petite échelle comme Bétonsalon sont nécessaires pour conserver cette possibilité d’expérimenter des manières de travailler en dialogue direct, voire en co-construction, avec d’autres acteurs associatifs. Face à cette situation de crise, il est urgent de repenser nos manières de faire. Des tactiques de navigation transversale doivent être inventées. Cela pourra se faire à partir du moment où une conception renouvelée du territoire de l’art pourra être entendue : une conception de l’art qui privilégie ce qui se passe plutôt que ce que l’on voit, les processus plutôt que les objets. Un centre d’art doit rendre sensible les frictions sociales et culturelles du présent.

V.H. Dans ces conditions, quelles responsabilités pour un directeur de centre d’art ?
M.B. La responsabilité pour toute l’équipe d’un centre d’art est donc énorme. Il s’agit de se remettre en question, travailler au plus près du territoire en entretenant un réseau de relations qu’il convient d’étendre au jour le jour pour multiplier les collaborations. Un centre d’art est pour moi une zone de contacts (au sens de Mary Louise Pratt) où des positions hétérogènes sont assemblées dans le but de produire de nouvelles façons de penser et d’agir sur un monde globalisé, en crise.

V.H. PIANO veut créer un réseau de centres d’art italiens et français, une zone d’échange. Pourquoi avez-vous souhaité rejoindre ce projet et qu’allez-vous présenter ?
M.B. J’ai souhaité rejoindre ce projet car il correspond parfaitement à notre ambition d’être partie prenante d’un réseau d’interlocuteurs issus d’horizons variés au-delà des frontières françaises. J’ai engagé une discussion passionnante avec Emanuele Guidi, directeur de ar/ge kunst à Bolzano, autour de l’envie de l’exposition-recherche, c’est-à-dire un format d’exposition qui permet de travailler avec un groupe d’artistes et de chercheurs à géométrie variable qui tous contribuent à réfléchir autour d’un problème ou d’une question. Emanuele Guidi s’est rapproché de Clémence Seilles et moi de Maryam Jafri. Et c’est avec Virginie Bobin, commissaire associée en charge du projet des publics à Bétonsalon, que nous avons construit notre exposition. Le jour d’après prend comme point de départ une collection de photographies représentant les cérémonies d’indépendance d’une vingtaine de pays en Asie et en Afrique, rassemblées par l’artiste au cours de ces dernières années grâce à une constellation de chercheurs. Il s’agit alors de réfléchir à comment l’Histoire s’écrit. Il est alors crucial de pouvoir entendre d’autres voix que celles officielles, d’où l’invitation faite au collectif italien Invernomuto de venir intervenir dans l’exposition.

Images:
1-3. Bétonsalon façade
4-5. Exhibition views, Maryam Jafri. Le jour d’après, Bétonsalon – Centre d’arte et de recherche. Photos: Aurélien Mole

close