Jérémy Laffon

en - it - fr

Jérémy Laffon

4. Jérémy Laffon, Construction protocolaire non aléatoire, 2013

Jérémy Laffon, Construction protocolaire non aléatoire, 2013

Born 1978, Limoges, France
Lives and works in Marseille, France
Metamorphosis’ artist, Jérémy Laffon observes the act of becoming. This ethics based on freedom allows him to let the experience happen in a sort of planned accidental evolution. Jérémy Laffon experiments both with the form and the temporality of the materials he employs; after watching the life of things, he submits this raw material to careful mutations to produce a “changeover in another dimension, elsewhere…”

Project: Piano – alto!

 

(1978, vive e lavora a Marsiglia)
Artista della metamorfosi, Jérémy Laffon osserva tutto ciò che è in divenire. Questa sorta di etica della liberta permette all’artista di lasciare che le esperienze si svolgano secondo un protocollo accidentale ma allo stesso tempo programmato. Jérémy Laffon sperimenta a sua volta la forma e la temporalità dei materiali che utilizza: dopo l’osservazione della vita delle cose, sottomette questa materia prima a mutamenti minuziosi, allo scopo di produrre un “ribaltamento in una dimensione altra, in un altrove…”.

 

Né en 1978, vit et travaille à Marseille. Artiste de la métamorphose, Jérémy Laffon observe ce qui est en devenir. Cette sorte d’éthique de la liberté permet à l’artiste de laisser les expériences se faire tout en générant un accidentel programmé. Jérémy Laffon expérimente à la fois la forme et la temporalité des matériaux qu’il utilise. Après observation de la vie des choses, il soumet cette matière première à des mutations minutieuses, afin de produire un “basculement dans une dimension autre, dans un ailleurs…”.

Image:
Jérémy Laffon, Construction protocolaire non aléatoire, 2013, chewing gum sticks

close
en - it - fr

CÉLINE KOPP IN CONVERSATION WITH JÉRÉMY LAFFON

CÉLINE KOPP IN CONVERSATION WITH JÉRÉMY LAFFON

Céline Kopp You recently had the opportunity to do a residency in Casso in the Dolomites. As an artist for whom questions of balance, weightlessness, movement and falling are recurrent themes, I imagine that being in a village right on the side of a mountain was a fairly powerful context for your work?
Jérémy Laffon Actually, the constraint of the steep incline on which that village is built became the driving force behind the work I developed and it brings back the falling motif. I approached this village, with its tragic past, as scenery; I wanted to make it into a ghostly environment, without being dramatic, and I chose to shoot a video there, entitled Invasione pacifica. This village was deserted in 1963 after the disaster at the Vajont Dam, where a huge wave was caused by a landslide. In this video, the village is devoid of any trace of human life, a bit like an old episode of The Twilight Zone… This context gave me the chance to pursue motifs that have been returning irregularly in my work for several years, placing them in situations: the ball, the bounce, etc.

10678713_740929592654579_6637030636040879076_n

2. Jérémy Laffon in residence in Casso

C.K. During one conversation you took pains to stress the fact that your work was not a response to the history of the village. The flood motif is something that has long been present in your work. And your video is rather light-hearted and humorous. Can you tell us more about it? It has a much more “manufactured” feel than your previous videos… Is this a way of opening new paths, while evoking earlier works?
J.L. Yes precisely, Invasione pacifica is the pictorial story of a flood of oranges, coming out of nowhere, bouncing in and invading the narrow streets of the village. Tragicomically, these foreign bodies gradually merge together and evolve into a shapeless mass. It is partly a revival of the video-happening Symphony #1 (2005) pushed towards a more cinematic form. (In that video you already found oranges, with a sequence-shot from above. They were filmed on the top step of an escalator whose operation caused their movements). I wanted to think of this new video as being part of a whole, while changing the image register, and ultimately a lot of elements and parameters contributed to a balance between construction and simplicity. And after ten years, I found it particularly fun to once again present these old citrus-protagonists (actors?), who still do their work just as well.

9. Jérémy Laffon, A pacific invasion, August 2014, Casso

3. Jérémy Laffon, A Pacific Invasion, August 2014, Casso

C.K. Tell me, why don’t the oranges break?
J.L. The impact isn’t very forceful, and they have understudies when they get soft (smiles).

C.K. The oranges have understudies! That’s a very revealing detail… This video seems to start with a procedure that is as simple as in previous works, but this time the form of the image goes from being a simple capture of reality to something more manufactured. Did this force you to tackle the possibility of creating fiction? Is this what you’re talking about when you say that lots of parameters contributed to the process?
J.L. Yes, you mention procedure; I have a tendency to evoke gestures or ideas. I like to start things with a deliberately simple idea, an observation like: constraint + ball = action (in this case the action is falling, flooding, like in the Symphony series). The rudimentary gesture of throwing something that rolls is what causes the action. In previous works, one might consider the question of the intentionality of the oranges, but one stayed in a reality that was unmodified, except for that micro-modification represented by the gesture. This time, I spoke directly about foreign bodies, about “others”… It’s true that film images take us in a fictional direction as soon as the choice is made to have a succession of constructed shots, to get the shape of the oranges to evolve into something else, and therefore to have a script. In this case, we’re really in the realm of the moving image, but you could reconsider works like the Relic series (2013) using a similar vocabulary. These small, constructed sculptures made of chewing gum were doomed to collapse, and the idea was to laboriously replace damaged sticks of gum with balsa wood sticks as needed. Each time, it was a matter of an understudy, an “other”. But in that case, it helped stop the form’s evolution. This time it’s the opposite. The understudy enables the transformation.

10. Jérémy Laffon, A Pacific Invasion, August 2014, Casso

4. Jérémy Laffon, A Pacific Invasion, August 2014, Casso

C.K. You reference the world of fantasy films, especially Z movies. So you decided to tackle a more constructed image while sticking to a very cobbled-together aesthetic that once again places a lot of importance on labour. Why?
J.L. The reference to Z movies and DIY special effects with the mutation of the oranges made it possible to keep things light-hearted. Labour is something important in the way I work. In this case, it is less visible because it’s not the subject of the work per se, but it’s fundamental. I peeled an overwhelming quantity of oranges… It was like something out of science fiction! And I developed a specific technique as I went along. For this video, gestures and repetitions that are sometimes absurd are still there, but behind the scenes. The film enabled me to experiment with the potential for these banal, real-world protagonists to become autonomous objects. I think the parallel with the image of the UFOs is linked to this idea: push a simple procedure to the point of creating an object that possesses its own fictional logic, while maintaining that “pleasant strangeness”. The desire for fiction was also linked to what you mentioned earlier: the desire not to deal with the question of the drama that the village now bases its identity on. I wanted to speak about the possibility that this territory could invent a new story and move beyond the existing context.

Protagonist: Jérémy Laffon
Project: Piano – alto!

Céline Kopp Tu as récemment eu l’opportunité d’aller en résidence à Casso dans les Dolomites. Pour un artiste chez qui les questions d’équilibre, d’apesanteur, de mouvement et de chute sont des thèmes récurrents, j’imagine qu’être dans un village accroché à même la montagne a été un contexte plutôt fort pour ton travail ?
Jérémy Laffon En effet, la contrainte du dénivelé important sur lequel ce village est bâti est devenue le moteur du travail que j’ai développé et il reprend le motif de la chute. J’ai approché ce village au passé tragique comme un décor ; j’ai voulu en faire un environnement fantôme, sans être dramatique, et j’ai choisi d’y réaliser une vidéo qui s’est intitulée Invasione pacifica. Ce village a été quasi déserté suite à la catastrophe du barrage du Vajont en 1963, où une immense vague a été causée par un glissement de terrain. Dans cette vidéo, le village est vide de toutes traces de vie humaine, un peu comme dans un vieil épisode de Twilight Zone… Ce contexte a été l’occasion de prolonger des motifs qui reviennent irrégulièrement dans mon travail depuis plusieurs années, et de les remettre en situation : la balle, le rebond, etc.

C.K. Lors d’une conversation tu as beaucoup insisté sur le fait que ton travail n’a pas été une réponse à l’histoire du village. Le motif du déferlement est quelque chose de présent depuis longtemps pour toi. Ta vidéo est d’ailleurs plutôt légère et emplie d’humour, peux-tu nous en dire plus ? Elle semble beaucoup plus « produite » que les précédentes… est-ce une manière d’ouvrir de nouvelles pistes, tout en évoquant des travaux précédents ?
J.L. Oui tout à fait, Invasione pacifica est le récit pictural d’un déferlement d’oranges, venues de nulle part, envahissant les ruelles du village en rebondissant. De manière tragi-comique, ces corps étrangers vont peu à peu « fusionner » entre eux et évoluer vers une masse informe. Il s’agit en partie d’une réactivation de la vidéo-happening Symphony #1 (2005) poussée vers une forme plus cinématographique. (On y trouvait déjà les oranges, avec un plan séquence en vue plongeante. Elles étaient filmées sur la dernière marche d’un escalator dont le fonctionnement provoquait leurs mouvements). J’ai voulu assumer cette nouvelle vidéo comme faisant partie d’un ensemble, tout en changeant le registre de l’image, et finalement beaucoup d’éléments et de paramètres sont intervenus dans un jeu d’équilibre entre construction et simplicité. D’ailleurs, cela m’amusait particulièrement, presque dix ans après, de remettre en scène ces vieux (acteurs ?) protagonistes-agrumes qui font toujours aussi bien le boulot.

C.K. Tiens, pourquoi les oranges n’éclatent pas ?
J.L. Il n’y a pas d’impact très violent et elles ont des doublures quand elles se ramollissent (sourire).

C.K. Les oranges ont des doublures ! Il s’agit d’un détail très révélateur… Cette vidéo semble démarrer avec un protocole aussi simple que dans des travaux précédents, mais, ici, tu déplaces la forme de l’image d’une simple capture du réel vers une forme plus produite. Est-ce que cela t’a obligé à te confronter à la possibilité d’une fiction ? Est-ce ce dont tu parles lorsque tu dis que beaucoup de paramètres sont intervenus dans le processus ?
J.L. Oui, tu parles de protocole, de mon côté j’ai tendance à évoquer des gestes ou des idées. J’aime faire démarrer les choses avec une idée volontairement simple, un constat du type : contrainte + balle = action (ici l’action est la chute, le déferlement, comme dans la série des Symphony). C’est le geste rudimentaire de lancer une chose qui roule qui amène l’action. Dans les travaux précédents, on pouvait se poser la question de l’intentionnalité des oranges, mais on restait dans un réel non modifié, si ce n’est cette micro-modification qu’était le geste. Ici, j’ai carrément parlé de corps étrangers, « d’autres »… c’est vrai que l’image filmique nous amène dans une direction fictionnelle dès lors que le choix est fait d’une succession de plans construits, de l’évolution de la forme des oranges vers autre chose, et donc du scénario. Ici, on est vraiment dans le domaine de l’image en mouvement, mais tu pourrais repenser à des œuvres comme la série Relic (2013) en utilisant un vocabulaire similaire. Ces petites sculptures construites en chewing-gum étaient vouées à l’effondrement et l’idée était de remplacer laborieusement, et au fur et à mesure, les tablettes endommagées par des tablettes de balsa. A chaque fois, il s’agit donc aussi d’une doublure, d’un « autre ». Mais dans ce cas, il permet de stopper l’évolution de la forme. Ici c’est le contraire. La doublure permet la mutation.

C.K. Tu cites l’univers du film fantastique, mais surtout la série Z. Tu as donc décidé de te confronter à une image plus construite tout en restant dans une esthétique très bricolée et qui donne encore beaucoup d’importance au labeur. Pourquoi ?
J.L. La référence à la série Z et aux effets spéciaux DIY avec la mutation des agrumes permet de rester dans la légèreté. Le labeur est quelque chose d’important dans la façon dont je travaille. Ici, il est moins visible et ce n’est pas l’objet de l’œuvre en soi, mais il est fondamental. J’ai pelé une quantité envahissante d’oranges… c’était de l’ordre de la science-fiction ! J’ai d’ailleurs développé une technique spécifique au fur et à mesure. Pour cette vidéo, le geste et la répétition parfois absurdes sont toujours là, mais en coulisses. Le film m’a permis d’expérimenter le potentiel de ces protagonistes banals, issus du réel, à devenir des objets autonomes. Je pense que le parallèle avec la figure de l’OVNI est lié à cette idée : pousser un protocole simple vers la création d’un objet possédant une logique fictionnelle propre, tout en maintenant cette « sympathique étrangeté ». L’envie de fiction était aussi liée à ce que tu as évoqué tout à l’heure : l’envie de ne pas traiter la question du drame sur lequel ce village construit désormais son identité. Je voulais parler de la possibilité de ce territoire à réinventer une histoire, à aller au-delà du contexte existant.

Images:
1. Jérémy Laffon in residence in Casso. Photo dc archive
2. Jérémy Laffon in residence in Casso. Oranges floating in the hamlet of Casso. Photo dc archive
3. Jérémy Laffon, A Pacific Invasion, August 2014, Casso. Video still
4. Jérémy Laffon, A Pacific Invasion, August 2014, Casso. Working in the canonica, dc’s residence in Casso. Photo dc archive

close