Jean-Marie Perdrix

en

Jean-Marie Perdrix

Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 3, 2013

Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 3, 2013

Born 1966, Bourg-en-Bresse, France
Lives and works in Paris, France
He studied at the Institut des Hautes Etudes en Arts Plastique in Paris and at the Ecole des Arts Décoratifs in Strasbourg. His work has been exhibited at the Ecole des Beaux-Arts du Mans (2012), at the Desiré Saint Phalle gallery in Mexico City (2010) and at the Contemporary Art Space in Marseille (2003 and 2004), among other venues. He has participated in several group exhibitions, including at the National Gallery of Tbilisi (1994), at Le Magasin in Grenoble (1991), as well as other institutions.

Image:
Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 3, 2013, cast of copper alloy, carbon and ash, 25 x 77 x 33 cm

Project: The Registry of Promise

close
en

CÉLINE FLÉCHEUX IN CONVERSATION WITH JEAN-MARIE PERDRIX

CÉLINE FLÉCHEUX IN CONVERSATION WITH JEAN-MARIE PERDRIX

Céline Flécheux Thepiece presented in the exhibition at the Fondazione Giuliani in Rome curated by Chris Sharp is called Bronze of Lost Flesh. You produced it in Burkina Faso. Why are the means of production so important in your work?
Jean-Marie Perdrix I have been working with bronze smiths in Burkina for 20 years. I have developed a process with them to recycle plastic waste substituting wood and enabling waste to be collected. They won the innovation award in Bamako, where a permanent workshop has been built. It was a veritable North-South collaboration implemented in stages. I developed and produced projects on my scale to initiate this workshop to recycle and mould household objects. The objects that I produce are from an economy where every moment is appreciated.

C.F. How did you come up with the idea of a bronze animal?
J.-M.P. First of all, my partners are bronze smiths (Burkina has a tradition for bronze) and I had the opportunity to experiment with small bronze pieces. This is what happened: during casting the crucible leaked by accidentand the molten bronze mixed with the coal and ash at the bottom of the oven; I salvaged this what I found beautiful scoria and I thought that I would like a cast with this entity. Hence the idea of bronze ‘of lost flesh,’ that I then wanted to use it to form a horse or a dog.
These animals are totems for my partners, but I did not know that. Of course, I am not involved in the animal’s death. Horse is found in the butcher’s shop in Ouagadougou; as for dogs, there is a whole unofficial network for dead dogs.

Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 3, 2013

2. Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 3, 2013

C.F. What does ‘bronze of lost flesh’ mean exactly?
J.-M.P. The title is very important, as a misappropriation of the traditional lost-wax bronze casting process. Usually, to smelt bronze, a crucible is surrounded by coal and the forced air increases the temperature. When I have modelled the animal’s head (horse or dog) or a part of its body in clay, I burn it until bones turned to ash are all that remain. I thus made a ceramic that I fill with coal and air again, reproducing the initial crucible. I mix my molten bronze in the coal, in the bones and everything else, as if I had brought together all the production stages of a traditional bronze. The resulting bones, ash, coal and bronze mixture makes it lighter. What is important here is that the bronze finds its own way through the blend of ash and bits of grit. Therefore, I cannot predict what image I will obtain after the leak, once the piece is removed from the mould. Salif Dermé, my bronze smith partner, often says that I am looking for magic, as the image that will be obtained is not known in advance. He fully understood that I was exploring the opportunities available in this country.

3. Cheval, bronze à la chair perdue 1, 2012

3. Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 1, 2012

C.F. Did you invent this process?
J.-M.P. I will outline two things. First of all, Salif encounters many western artists who come to Burkina specifically to make bronzes, but generally what they want, is a bronze that is produced more cheaply than in Europe. They are not interested in the local economy, or in the means of production. They are seeking the same image as their model, but in bronze. For my work, in contrast, I am not looking for an impression of the skin, nor the image of the body, as the casting is less important than capturing the journey the bronze has made in the mould between the coal and the bones reduced to dust. I end up with an object that bears the marks of the smelting and burning with a sort of bronze lacework that contrasts with the intensity of the method.
Then, regarding the method itself, I had seen small objects produced directly from a cast before. I even have a necklace of peanuts made like that. But I changed the scale and starting point. I chose an animal and a much larger size, so that the way the bronze penetrates the mould is much more random.

Jean-Marie Perdrix, Chien et chienne à la chair perdue, 2012

4. Jean-Marie Perdrix, Chien et chienne à la chair perdue, 2012

C.F. Is the horse that you are exhibiting at the Fondazione Giuliani unique?
J.-M.P. Each piece is unique. To date, I have produced three horses and five dogs. This kind of piece takes a while to make as the coal burns very slowly. The coal that was burnt in the head was in equal measure with the coal used to make the bronze. In the piece presented in Rome, the mouth of the horse disappeared, because the concentration of ash was too high and the liquid bronze did not reach the end of the mould, it disappeared in the blend formed by the coal, ash and bones. That is why the object obtained is a distortion of the image expected. The horse is dead, the neck is therefore already very narrow, as it is no longer attached to the withers the volume disappears. As for the ear, it is straight as if the animal were still alive and listening. In another piece, another horse, I achieved an open mouth with the outline of worn down teeth, but without the ears. When I work with dogs, the body is often incomplete; sometimes it is difficult to recognise the animal in the final form.

5. Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 2, 2012

5. Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 2, 2012

C.F. Do you consider bronze as precious?
J.-M.P. In these horses and dogs, the quality of the bronze is very poor, because they are the reverse of what is traditionally sought in bronze. Bronze is not there to add any additional market value to the piece: my partners are experienced bronze smiths and my work is linked to their economy. A very rich texture is achieved through a direct and intense process. The interior density is visible. To some extent, with the horse the history of the process used to achieve the object and the object itself are contemplated in equal measure.

6. Jean-Marie Perdrix, Chien à la Chair Perdue 2, 2013

6. Jean-Marie Perdrix, Chien à la Chair Perdue 2, 2013

C.F. Should your work be considered from an anthropological point of view?
J.-M.P. The geographical origin of these ‘bronzes of lost flesh’ is important: these pieces bear a mental subjectivity linked to the imagination of a developing African country. I am delighted that the outer appearance has a Baroque style. Indeed, I strive to make objects that have a certain timelessness (it is not important whether they were made now or ten years ago) and universality (I am not meticulous regarding specific cultural elements). At the same time, my work follows in the tradition of great sculptors and, in certain respects, witchcraft with skin, hair, fetishes, horns and teeth: anything from an animals that conjures up its symbolic aspect. The recipe for making these pieces is very exciting, like in the devil’s workshop. I didn’t choose sheep, goats or cows, as these animals are meat. I chose dogs and horse. These are meat, but above all they are also animals closely related to man. There is something disturbing about working with a dead animal as the starting point; predation and sacrificing animals comes to mind. But I do not reduce animals to a metaphor. A dead dog is more moving than the mass unemployment of young Africans. What I do with these animals is only possible because my partners are very cooperative, armed with a good knowledge of the land and a long-standing friendship. But I practice sculpture, not art brut. These objects are exhibited in galleries, contemporary art fairs, exhibitions and collections, for my artistic practice takes into account the objects per se as well as the whole process that results in a horse’s head produced with the ‘bronze of lost flesh.’

 

Céline Flécheux Lapièce que tu présentes à la Fondazione Giuliani à Rome dans l’exposition de Chris Sharp s’intitule Bronze à la chair perdue. Elle a été réalisée au Burkina Faso. Pourquoi les modes de production importent tant dans ton travail ?
Jean-Marie Perdrix Je travaille au Burkina avec des artisans bronziers qui sont mes partenaires depuis 20 ans. J’ai développé avec eux un procédé de recyclage des déchets plastiques qui est un substitut du bois permettant une collecte des déchets. Ils ont gagné un premier prix d’innovation à Bamako, où ils ont construit un véritable atelier qui est pérennisé. Il s’agit d’une véritable coopération Nord-Sud qui s’est mise en place par étapes. Pour monter cet atelier de recyclage et de moulage d’objets utilitaires, j’ai fait toute la recherche du développement en auto-production avec des projets qui étaient à mon échelle. Les objets que je produis sont issus d’une économie dont tous les moments sont pensés.

C.F. Comment es-tu arrivé à l’idée d’un animal en bronze ?
J.-M.P. D’abord, mes partenaires sont des bronziers (le Burkina a une tradition du bronze ancestrale) et il m’est arrivé de faire des expériences avec de petites pièces en bronze. Voilà comment ça s’est passé : par accident, lors d’une coulée, le creuset a fuité et la quantité de bronze en fusion s’est mélangée au charbon et à la cendre au fond du four ; j’ai récupéré cette scorie que j’ai trouvée très belle et j’ai pensé que je voulais avoir un moulage avec cette matérialité-là, de là l’idée de bronze « à la chair perdue », que j’ai souhaité réaliser ensuite avec un cheval ou un chien.
Ces animaux sont des totems de mes partenaires, mais je ne le savais pas. Bien entendu, je n’interviens pas dans la mort de l’animal. On trouve le cheval en boucherie à Ouagadougou ; quant au chien, il y existe tout un circuit informel où les chiens morts circulent.

C.F. Que signifie exactement « bronze à la chair perdue » ?
J.-M.P. Le titre est très important, car c’est un détournement du procédé traditionnel du bronze à la cire perdue. Normalement, pour fondre du bronze, on met un creuset dans une enceinte de charbon et avec de l’air pulsé, on monte la température. Quand j’ai surmodelé en argile la tête de l’animal (le cheval ou le chien) ou une partie de son corps, je le brûle jusqu’à ce qu’il ne reste que les os en cendres. J’ai fabriqué ainsi une céramique que je remplis à nouveau de charbon et d’air, reproduisant le creuset initial. Je mélange mon bronze en fusion dans le charbon, dans les os et tout cela, comme si j’avais rassemblé en une fois les étapes de fabrication d’un bronze traditionnel. L’amalgame os-cendres-charbon-bronze, qui est le résultat, me permet d’alléger l’ensemble. Ce qui est important, ici, c’est que le bronze doit trouver son propre chemin dans le mélange entre la cendre et les escarbilles. Donc, je ne peux pas prévoir quelle image j’obtiendrai après la coulée une fois la pièce démoulée. Salif Dermé, mon partenaire bronzier, me dit souvent que je cherche la magie, car on ne connaît pas à l’avance l’image que l’on va obtenir. Il a parfaitement compris que je menais une expérience avec les possibilités que je pouvais trouver dans ce pays.

C.F. Est-ce toi qui a inventé ce procédé ?
J.-M.P. Je distinguerai deux choses. D’abord, Salif voit beaucoup d’artistes occidentaux qui viennent au Burkina spécialement pour faire des bronzes, mais ce qu’ils veulent, en général, c’est un bronze moins cher que ce qu’ils auraient eu à payer en Europe. Ils ne s’intéressent ni à l’économie locale, ni aux moyens de production. Ils recherchent la même image que leur modèle, mais en bronze. Dans mon travail, au contraire, je ne recherche ni l’empreinte de la peau, ni l’image du corps, car c’est moins le moulage qui compte que la saisie du trajet du bronze dans le moule entre le charbon et les os réduits en poussière. J’obtiens un objet qui porte les marques de la fusion et des brûlures avec une espèce de dentelle de bronze qui contraste avec la violence du procédé.
Ensuite, quant au procédé à proprement parler, j’avais déjà vu des petits objets réalisés à partir d’un moulage direct, j’ai même un collier de cacahuètes fait comme cela. Mais j’ai changé d’échelle et de point de départ. J’ai choisi un animal et une taille beaucoup plus grande, donc la manière qu’a le bronze de pénétrer le moule est beaucoup plus aléatoire.

C.F. Le cheval que tu exposes à la Fondazione Giuliani est-il une pièce unique ?
J.-M.P. Chaque pièce est unique. À ce jour, j’ai réalisé trois chevaux et cinq chiens. Ce genre de pièce est long à faire car le charbon a brûlé très lentement. On a utilisé autant de charbon qui a brûlé dans la tête que de charbon qui a servi à faire le bronze. Dans la pièce montrée à Rome, la gueule du cheval est perdue, parce qu’il y avait une concentration de cendres trop importante et le bronze liquide n’est pas arrivé pas jusqu’au bout du moule, il s’est perdu dans le mélange formé par le charbon, la cendre, les os. C’est pour cela que l’objet obtenu est une distorsion de l’image attendue. Le cheval est mort, donc le cou est déjà très étroit, car il n’est plus rattaché au garrot, il a perdu tout son volume. Quant à l’oreille, elle est dressée comme si l’animal écoutait encore, vivant. Dans une autre pièce, un autre cheval, j’ai obtenu une gueule ouverte avec l’empreinte de l’usure des dents, mais sans les oreilles. Quand je travaille avec des chiens, le corps n’est souvent pas entier, on a même un peu de peine à reconnaître l’animal dans la forme obtenue.

C.F. Accordes-tu une valeur précieuse au bronze ?
J.-M.P. Dans ces pièces, les chevaux et les chiens, la qualité du bronze est à peu près au niveau zéro, parce qu’elles sont l’envers de ce qu’on cherche à faire traditionnellement en bronze. Le bronze n’est pas là pour donner un surplus de valeur marchande à la pièce : mes partenaires sont bronziers, ils savent le faire, mon travail est lié à leur économie. Ce qu’on obtient, c’est une grande richesse de texture par un procédé direct et assez brutal. La densité intérieure est visible. En quelque sorte, c’est autant l’objet que l’histoire du procédé pour obtenir l’objet que l’on contemple avec le cheval.

C.F. Ton travail est-il à comprendre du point de vue anthropologique ?
J.-M.P. L’origine géographique de ces « bronzes à la chair perdue » est importante : ce sont des pièces qui portent avec elles toute une subjectivité mentale liée à l’imaginaire d’un pays africain en développement. Que l’aspect extérieur soit baroque me plaît beaucoup. En effet, je cherche à faire des objets qui ont une certaine intemporalité (il n’y a pas grand intérêt de savoir qu’ils sont faits maintenant ou il y a dix ans) et une universalité (je ne convoque pas des éléments pointus de la culture). En même temps, mon travail s’inscrit à la fois dans la tradition des grands sculpteurs et, à certains égards, dans le registre de la sorcellerie avec des peaux, des poils, des fétiches, des cornes, des dents : tout ce qui dans l’animal convoque son aspect symbolique. L’espèce de cuisine pour faire ces pièces est très excitante, comme dans l’atelier du diable. Je n’ai pas choisi le mouton ou la chèvre, ni la vache, car ces animaux-là sont de la viande. J’ai choisi le chien et le cheval, qui peuvent être de la viande, mais qui sont surtout des animaux proches de l’homme. Il y a quelque chose de dérangeant à travailler à partir d’un animal mort ; on est dans des idées de prédation et de sacrifice animal. Mais je ne réduis pas l’animal à une métaphore. On s’émeut plus sur le cadavre d’un chien que sur le chômage de masse des jeunesses africaines. Ce que je fais avec ces animaux n’est possible que parce qu’il y a une grande coopération entre moi et mes partenaires, une bonne connaissance du terrain et une amitié de longue date. Mais je fais de la sculpture, pas de l’art brut. Ces objets sont montrés dans des galeries, des foires d’art contemporain, des expositions et dans des collections, car ma pratique artistique compte aussi bien les objets à proprement parler que tout le processus qui mène à une tête de cheval réalisée avec du « bronze à la chair perdue ».

Images:
1-2. Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 3, 2013, cast of copper alloy, carbon and ash, 25 x 77 x 33 cm
3. ean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 1, 2012, cast of copper alloy, carbon and ash, 29 x 59 x 21 cm. Courtesy Jean-Marie Perdrix & Desiré Saint Phalle, Mexico City. Photo: Enrique Macias
4. Jean-Marie Perdrix, Chien et chienne à la chair perdue, 2012, cast of copper alloy, coal and ashes, 32 x 33 x 16 cm & 37 x 29,5 x 15cm, 24 & 25 kg. Courtesy Jean-Marie Perdrix & Desiré Saint Phalle, Mexico City. Photo: Enrique Macias
5. Jean-Marie Perdrix, Cheval, bronze à la chair perdue 2, 2012, cast of copper alloy, carbon and ash, 29 x 59 x 21 cm (Private collection). Photo: Philippe Munda
6. Jean-Marie Perdrix, Chien à la Chair Perdue 2, 2013, cast of copper alloy, coal and ashes,14 x 39 x 32.5 cm. Coutesy Jean-Marie Perdrix & Desiré Saint Phalle, Mexico City. Photo Jean-Marie Perdrix

Protagonist: Jean-Marie Perdrix
Project: The Registry of Promise

close