CLÉMENCE SEILLES

en - fr

CLÉMENCE SEILLES

Born 1984, Besançon, France
Lives and works between Paris, France and Amsterdam, Netherlands 

Her work has been exhibited internationally: Moucharabieh, Triangle, Marseille (2015); 100 ans plus tard, Palais de Tokyo, Paris (2014); Universal Studio, galerie Torri, Paris (2014); What do you write when men are puking into plastic bags,Chert gallery, Berlin (2014); La vie est un songe, Parc Saint Leger, Pougues-les-eaux (2013) ; La chute, Palais de Tokyo, Paris (2013); Hotel Abisso,Centre d’art contemporain de Genève, Geneva (2013); The day after, Van Horbourg and Le foyer, Zurich (2012).

Née à Besançon, France, en 1984
Vit et travaille entre Paris, France et Amsterdam, Pays Bas

Son travail a été exposé internationalement: Moucharabieh,Triangle, Marseille (2015) ; 100 ans plus tard, Palais de Tokyo, Paris(2014), Universal Studio, galerie Torri, Paris (2014) ; What do you write when men are puking into plastic bags,Chert gallery, Berlin (2014) ; La vie est un songe, Parc Saint Léger, Pougues-les-eaux (2013) ; La chute, Palais de Tokyo, Paris (2013) ; Hotel Abisso,Centre d’art contemporain de Genève, Genève (2013) ; The day after, Van Horbourg et Le foyer, Zurich (2012).

Project: Exercizing Doubt: On Exhibition as Research

close
en - fr

DOROTHÉE DUPUIS IN CONVERSATION WITH CLÉMENCE SEILLES

DOROTHÉE DUPUIS IN CONVERSATION WITH CLÉMENCE SEILLES

Dorothée Dupuis Could you talk about your formal influences? What do you look at? How do you think? How has your training as a designer informed how you produce forms in the exhibition sphere? It seems that the language of abstraction is still important for you. In what sense do you think you’re tackling it in a new way?
Clémence Seilles I regularly go back and see images by my classical masters: Tatlin, Sottsass, Sonia, as well as Robert Delaunay, Superstudio, Hélio Oiticica, the Gelatin collective… to mention only a handful of “dirty artists” who have navigated or are navigating, casually and doubtfully, between applied arts and fine arts. Primordial shapes like circles, triangles, squares… enable me to concentrate more on narratives, circumstances and processes. I proceed from what societies tangibly produce to build themselves. I visit companies dealing in supplies or construction equipment, and go to rendering plants and product assembly factories. I idly drive through industrial estates in Italy, France, Germany and Holland. On YouTube I watch guitar swirling in garages and industrial plastic machining. In China, Russia, Morocco, Jamaica and Mexico, I study wire mesh houses, terracotta vehicles, simple and exuberant displays, custom cars, street amenities for chance meetings… I’m fascinated by amusements, even the most modest: a subwoofer in a pot with holes, a fish-shaped gun barrel in the bar of a deck chair… I adore permissive societies. The work Bassin ouvert (Open Basin) at ar/ge kunst in Bolzano, which first appeared at Triangle in Marseille, is a desire to create a social space within that of art, where people are invited to create a critical product. In this context, the work is at once an everyday object and something fantastical: a fountain, a long swimming pool, in which shapes and materials follow directly from the research I mentioned a moment ago. Although my training as a designer informs manipulations of conventions (much more than manipulations of shapes), the exhibition sphere, which is not very familiar with functional services and devices, opens up a fertile field of experiments that are more complicated to develop in the commercial sphere.

Cl+®mence Seilles - argekunst web 11

2. Exhibition view, Clémence Seilles, Bassin ouvert

D.D. You do a lot of collaborative projects with your “gang”. You’re invited to organise birthdays (Triangle, ar/ge kunst); your friends cross Europe to work with you; you share the fee money; you sell cocktails and t-shirts; you teach; you occupy squats and villas. Are you more of a Fassbinder, Wako or Beverly Hills 90210?
C.S. I’m from Montboucons. It’s the Beverly Hills of Besançon in Franche-Comté. A gang can be Philip K. Dick (Ubik) and Kerouac (The Dharma Bums) living in the City of Quartz (Mike Davis), flirting on Less Than Zero (Bret Easton Ellis) with the risk of ending up like in The Postman Always Rings Twice (James M. Cain), alone and condemned. I try to combine sustainable economic efficiency with the risk of alienation. The gang – made up of artists, designers, composers, curators and architects who are all fanatical about hard beats – lives between Berlin, Amsterdam and Paris, and is heterogeneous and multifarious. There’s no unifying manifesto, exclusive dogma, or even a name. The action hierarchies are healthy, made of individuals who do their singular research and can take turns implementing or supporting a project. Drama is part of this game that we haven’t really found rules for, but experience has shown us that the virtues of fraternity bring tangible added value to our critical ambitions and to the wellbeing of our respective lives. To name a few of these creations that I’m surrounded by: the Krux, a giant, well-equipped collective studio for periods of production, big parties and ‘afters coalitions’. PostNorma, a fabulous squat conquered and dissolved in one year, which generated workshops and various events. The Dirty Art department, an institutional bouillabaisse that made lots of meetings and journeys possible. SANKS, a design company among friends. Cicciolinas, unifying techno parties. Secret Castles, a contemporary art festival/summer camp hybrid…

Cl+®mence Seilles - argekunst web 01

3. Exhibition view, Clémence Seilles, Bassin ouvert

D.D. How do you reconcile the “post-hippie” aspect of your methodology with the need for rigour linked to the idea of artistic commitment? What is you position in all of this relative to institutions and the art market?
C.S. I see the “hippie” position, this sort of non-conformist, as a necessary step, even if it’s only temporary, time enough to identify our views and strengthen them while freeing ourselves from commodities as much as possible. I don’t want to marginalise myself on a desert island and live my life with my group, I simply want to avoid getting sucked up by the art market, so I have time to create. I believe in a market that’s integrated into society, and it is precisely by being active in different spheres and markets (art, design, performance) that one can build a new kind of expert position. My artistic commitment is romantic. It is to create an optimal climate for creativity, establishing circumstances that produce autonomous strengths and attitudes without excluding myself from society – quite the opposite. I practice lateral thinking and oblique strategies. Oblique Strategies is a set of cards invented by Brian Eno and Peter Schmidt in 1974. Each card contains a cryptic phrase or comment to meditate on, one that can be used to overcome a creative block or dilemma. Lateral thinking is the opposite of vertical or conventional thinking, which rejects an idea if its application hasn’t been validated. It is based on imagination and on putting forward impossible, absurd, unrealistic theories in order to create springboards towards other ideas that are themselves achievable. Embodied in my practice, this means that I go off into fairly diverse application areas and development structures, working with people who are also very different and sometimes have polar opposite ways of thinking. This makes it more tiring and difficult to exist in different markets instead of only one, since people still have a strong tendency (less in English-speaking countries) to recognise only a single profession for each person. This is why I tirelessly dodge having to justify myself as an artist or a designer and explain why I created the “dirty artist” designation, which symbolises that universal position of the creator before the historical split between applied arts and fine arts.

Cl+®mence Seilles - argekunst web 18

4. Exhibition view, Clémence Seilles, Bassin ouvert

Project: Exercizing Doubt. Exhibition as Research
Space: ar/ge kunst Galerie Museum 
Protagonist: Clémence Seilles

Dorothée Dupuis Peux-tu me parler de tes influences formelles ? Qu’est-ce que tu regardes, comment tu penses ? Comment ta formation de designer informe-t-elle ta production de formes dans le domaine de l’exposition ? Le langage de l’abstraction reste, semble-t-il, important pour toi, en quoi penses-tu t’y confronter de façon nouvelle ?
Clémence Seilles Je vais régulièrement revoir des images de mes maîtres classiques : Tatlin, Sottsass, Sonia comme Robert Delaunay, Superstudio, Hélio Oiticica, le collectif Gelatin… pour ne citer qu’une poignée de ‘dirty artists’ ayant navigué ou navigant avec désinvolture et doute entre les arts appliqués et les beaux-arts. Les formes primordiales telles cercles, triangles, carrés… me permettent de me concentrer davantage sur les narrations, les circonstances et les procédés. Je pars de ce que les sociétés produisent de tangible pour se construire. Je visite les compagnies de fournitures, d’équipement de chantiers, des usines de transformations de matériaux, d’assemblage de produits, je conduis désœuvrée dans les zones industrielles d’Italie, de France, d’Allemagne et de Hollande, je visionne sur YouTube du swirling de guitare en garage et de la chaudronnerie plastique industrielle. En Chine, Russie, Maroc, Jamaïque et Mexique, j’étudie les maisons en grillages, les véhicules en terre cuite, les étalages sommaires comme exubérants, les customs de voitures, les aménagements de rue pour réunions fortuites… je suis passionnée par le détournement, même les plus modestes : caisson de basse dans marmite trouée, canon de fusil à poisson dans barre de chaise longue… J’adore les sociétés permissives. L’œuvre Bassin ouvert à ar/ge kunst à Bolzano, et avant dans sa première apparition à Triangle à Marseille, est un désir de créer un espace social dans celui de l’art où des acteurs sont invités à réaliser une production critique. L’œuvre, dans ce contexte, est à la fois objet d’usage et de fantasme : une fontaine, un bassin de nage, dont formes et matériaux découlent directement des recherches évoquées plus hauts. Si ma formation de designer informe des manipulations d’usages (bien plus que de formes), le domaine de l’exposition, peu familier aux services et dispositifs fonctionnels, m’ouvre un champ fertile d’expérimentations, plus compliquées à développer dans le domaine commercial.

D.D. Tu fais beaucoup de projets collaboratifs avec ta “bande”, on t’invite pour organiser des anniversaires (Triangle, ar/ge kunst), tes amis traversent l’Europe pour travailler avec toi, vous partagez l’argent des cachets, vous vendez des cocktails, des t-shirts, vous enseignez, vous occupez des squats et des villas, tu es plutôt Fassbinder, Wako ou Beverly Hills 90210 ?
C.S. Je viens des Montboucons, c’est le Beverly Hills de Besançon en Franche-Comté. Une bande, ça peut être Philip K. Dick (Ubik) et Kerouac (les clochards célestes) qui vivent dans City of quartz (Mike Davis), flirtent sur Less than zero (Bret Easton Ellis) avec le risque de finir comme dans Le facteur sonne toujours deux fois (James M. Cain), seul et condamné. J’essaye de combiner efficacité économique durable et risque d’aliénation. La bande, constituée d’artistes, designers, composeurs, commissaires, architectes, tous boulimiques de rythmes durs, vit entre Berlin, Amsterdam et Paris, et est hétérogène et multiple. Il n’y a pas de manifeste fédérateur, de dogme excluant, de nom même. Les hiérarchies d’actions sont saines, faites d’individus qui entreprennent leurs recherches singulières et peuvent à tour de rôle porter ou appuyer un projet. Le drame fait partie de ce jeu auquel nous n’avons pas vraiment trouvé de règles, mais l’expérience nous a montré que les vertus de la fraternité apportent tout de même une plus-value tangible à nos ambitions critiques et au bien-être de nos vies respectives. Quelques unes de ces réalisations qui m’entourent : le Krux, atelier collectif géant très équipé, pour moments de production, de fêtes géantes et ‘afters coalitions’. PostNorma, un squat fabuleux conquis et dissout en une année, qui généra workshops et évènements divers. Le département Dirty Art, bouillabaisse institutionnelle qui permit beaucoup de rencontres et de voyages. SANKS, une compagnie de design entre amis. Les Cicciolinas, fêtes technos fédératrices. Châteaux secrets, hybride entre festival d’art contemporain et campement d’été…

D.D. Comment concilies-tu l’aspect “post-hippie” de ta méthodologie au besoin nécessaire de rigueur lié à l’idée d’engagement artistique ? Quelle est alors ta position par rapport au marché de l’art et à l’institution dans tout ça ?
C.S. Je vois la posture du “hippie”, cette sorte de marginal, comme une étape nécessaire, même si seulement temporaire, le temps d’identifier le discours et le fortifier en se libérant au maximum des commodités. Je ne souhaite pas m’exclure sur une île déserte et vivre ma vie avec mon groupe, je souhaite simplement que le marché de l’art ne m’aspire pas pour me donner le temps de créer. Je crois en un marché intégré à la société, et c’est justement en agissant dans des domaines et marchés différents (l’art, le design et le spectacle) qu’on peut construire une posture d’expert d’une nature nouvelle. Mon engagement artistique est romantique, il est de créer un climat optimum pour la création, réunir les circonstances qui accouchent de forces et d’attitudes autonomes sans me disqualifier de la société, au contraire. Je pratique pensées latérales et stratégies obliques. Les stratégies obliques est un set de cartes inventées par Brian Eno et Peter Schmidt en 1974. Chaque carte contient une phrase ou une remarque cryptique sur laquelle méditer, qui peut être utilisée pour se sortir d’un blocage créatif ou d’une situation de dilemme. La pensée latérale s’oppose à la pensée verticale, ou classique, selon laquelle une idée est rejetée quand son application n’est pas validée. Elle repose sur l’imagination et l’émission d’hypothèses impossibles, absurdes, irréalistes pour créer des tremplins vers d’autres idées elles-mêmes réalisables. Incarné dans ma pratique, cela veut dire que je pars dans des domaines d’application et structures de développement assez éparses, travaillant avec des acteurs aussi très différents dans des logiques parfois aux antipodes. Cela rend plus fatiguant et difficile d’exister sur différents marchés plutôt qu’un seul, puisque nous avons tout de même une forte tendance (moins dans les pays anglo-saxons) à ne reconnaitre qu’une seule profession à une personne. C’est donc inlassablement que j’esquive de devoir me justifier d’être une artiste ou une designer, et d’avoir créé la dénomination ‘dirty artist’, symbolisant cette position universelle de créateur avant le schisme historique entre arts appliqués et beaux-arts.

Images:
1-4. Exhibition views, Clémence Seilles, Bassin ouvert. Photo: aneres. Courtesy the artist and ar/ge kunst

close