Vincent Honoré in conversation with Etienne Bernard, Passerelle Centre d’art contemporain

en - fr

Vincent Honoré in conversation with Etienne Bernard, Passerelle Centre d’art contemporain

Vincent Honoré Since 2013 you have directed the public art centrePasserelle Centre d’art contemporain that opened in 1988. Its main objective is to be “a forum for dialogue between artistic production and the public.” Can you describe in more detail the intellectual and artistic project upon which the structure is based, and what essentially differentiates it from other art centres?

Etienne Bernard As a centre for contemporary art, the core function of Passerelle is to support artists (notably in the realm of production, exhibition and publication) and the public in their discovery of what the artists have to offer. The project called Situations, which I have now been working on for a year, suggests that these two missions should not be separated or prioritized. On the contrary, I think that a centre for contemporary art is a place for shared elaboration of meaning in which artists and the public meet and discuss. In order to reflect reality it must occur naturally in my view. It is based on a mutual desire between local audiences and artists, the majority of which have come a long way, to take the time to discuss ideas.
We must not forget that we are in Brest, at the far reaches of Brittany, at the heart of an area that is very rich in cultural proposals but also peripheral to the main thrust of the art circuit. I am convinced that its social as well as geographical position presents an opportunity rather than a pitfall. Indeed, Brest is not on the beaten track, so it is up to us to make it a destination. We therefore have the necessary resources in place to welcome and provide hospitality for operational artists and we systematically offer them an opportunity to enjoy a work temporality that they will not necessarily find anywhere else. Notably we have ‘neutralised’ 400 m2 situated at the heart of the art centre, previously allotted to exhibition space, to accommodate production facilities. Artists can thus work in peace, with the help of technicians, and the public is invited in to exchange views on art in the making. Art centres are thus used as a living, lived-in and open space.
And so far, I am delighted to observe that the system works. Artists like Wilfrid Almendra, Florian Fouché, Goldschmied & Chiari and Ernesto Sartori have already used this new facility to the full. Other artists like Fredrik Vaerslev, Koki Tanaka and Stéphane Calais are also planning to use it over the forthcoming months. In addition, we have noticed that the public reacts well to the freedom to converse directly with the artist. Habits form. As the development of an artistic project progresses, people observe, come back and talk. In my view this positive perspective reflects our institutional action supporting creation that the public is sometimes oblivious to. 

Wilfrid Almendra. L’intranquillité, 2013

2. Wilfrid Almendra. L’intranquillité, 2013

V.H. The institution is intended as “an interdisciplinary venue that explores other fields of contemporary creation, from graphic design to dance, from music to design.” Did you inherit this mission or did you on becoming director of the art centre want to redefine its prerogatives?

E.B. It is more than just a mission. I would say that opening up the space to forms of creation that fall outside the strict field of contemporary art is rather an assertive approach to the programme in line with the history of the place. Originally, in the 1980s, the name ‘Passerelle’ conjured up the notion of interdisciplinary. The collective that opened the venue welcomed music, dance and theatre as well as art. Subsequently, the field of research was progressively oriented more clearly towards contemporary art as the structure became more institutionalized. When I became director of the art centre, I wanted to reconnect with this historic initiative for two main reasons. The first is that I think an ambitious project can be constructed on this wealth of history with the professional facilities provided by Passerelle. Thanks to the tremendous task of structuring and the professional development undertaken by the previous director Ulrike Kremeier, the art centre evidently no longer resembles its initial association gathering amateurs, but has now become an operable infrastructure able to accommodate artistic proposals from all walks of life. The second is that Brest is a fantastic pool of top quality partners who in their respective disciplinary fields share our high standards. Indeed, we are working hand in hand with local but internationally renowned initiatives of course, like the electronic music festival Astropolis, the contemporary dance festival DansFabrik run by Scène nationale Le Quartz, and the contemporary music ensemble Sillages, with whom we launched a festival in 2014. Thus, it is not a question of hosting a theatrical play or a dance show to bring the venue to life or ‘to cause a stir’ but to work long-term on the exchange programme to highlight our complementary qualities and our ambitions. We presented a fine example with the choreographic performance by Goldschmied & Chiari and Lotta Melin, which initiated the current exhibition and integrated the official programme of the DansFabrik Festival 2014.

V.H. “A museum director’s first task is to create a public, not just to do great shows, but to create an audience that trusts the institution.” (Pontus Hultén) The public, in the Centre’s declaration of intent, has an important position. However, the ‘public’ remains an abstract, almost conceptual entity. What is your view of the public and what type of relationship do you wish to enjoy with this public? 

E.B. In an area like Brittany and Brest, the public is not an abstract entity. The centre for contemporary art constitutes both a tool at the service of the local public (the facilities provided by Passerelle are at the heart of a clearly identified district) and aimed at a national and international public (professionals of course, but also seasonal holidaymakers.) Thus, our actions and operations must appeal to all without ranking or pandering. We know our different audiences well, their specificities, their desires as well as their reticence, but I think that everyone can identify, in their own way, to an artistic proposal that when sound can be approached from different perspectives.

Tania Mouraud. J.I.T. just in time, 2008

3. Tania Mouraud. J.I.T. just in time, 2008

V.H. What are the tools and programmes that structure the art centre and strike a chord with its public? For example, what are the Augmentation Zones and how do they integrate with your vision of the public? 

E.B. We offer a large number of programmes aimed at the public from hands-on workshops with the youngest, to series of lectures or guided visits. A year ago we also implemented a specific section that I called Augmentation Zones. The notion of augmentation is defined here in the digital meaning of the term. On the Internet, augmented reality is the sum of data, links and references that complement a subject. At Passerelle, the Augmentation Zones constitute a physical and digital cultural programme developed by the public service department whose content is determined through discussion with the guest artists. In the large central Patio at the Passerelle leading to the different areas, there is a zone devoted to displaying artistic and/or documentary material to pursue and put into perspective the questions addressed by the artistic proposals exhibited. They are also accessible on the Internet with a digital space for content accompanying the exhibitions.

V.H. Passerelle proposes monographic exhibitions as well as group exhibitions and attempts to articulate different disciplines. More specifically, how do you view the mission and the responsibilities of an art centre director in 2014?

E.B.  I chose to take over as director of a contemporary art centre as I am passionate about linking a critical and curatorial approach with a regional context. Indeed, the global logic that governs the world of art that we work in finds, in my opinion, its meaning and opportunities for development in specific situations from which concrete proposals emerge. I find my role as producer stimulating, that is as an art critic who gathers the intellectual, material and human resources to generate artistic proposals in an identified geographical, social and political situation, to work in the permanent and constructive coming and going between local and global.

Stephen Willats. Talking city, 2011

4. Stephen Willats. Talking city, 2011

V.H. PIANO wishes to create a space for exchange and dialogue between French and Italian art venues. Why did you want to participate and what programme did you propose? 

E.B. I think that PIANO is an excellent example of structuring collaboration and sharing means of production and communication. In the context of the concerning budget and institutional crisis at large in France, Italy and elsewhere, it is essential to completely rethink methods for funding and bringing projects to fruition. And beyond the simple financial consideration, it is now no longer pertinent to plan a project with an artist in a single venue. PIANO, like other production networks such as Cluster or How to work together, design new art maps and offer alternative solutions to the challenges that drive today’s system of art.

Space: Passerelle Centre d’art contemporain
Protagonists: Etienne Bernard, Goldschmied & Chiari
Project: La démocratie est illusion

 

Vincent Honoré Passerelle Centre d’art contemporain a été inauguré en 1988. Il s’agit d’un centre d’art public que vous dirigez depuis 2013. Sa mission première est d’être « une plateforme de dialogue entre productions artistiques et publics ». Pouvez-vous décrire plus précisément le projet intellectuel et artistique qui fonde lastructure, et ce qui fondamentalement la démarque des autres centres d’art ?

Etienne Bernard En qualité de centre d’art contemporain, Passerelle a comme missions fondamentales d’accompagner les artistes (dans la production, l’exposition et l’édition notamment) et les publics dans leur découverte des propositions de ces premiers. Le projet intitulé des Situations que je développe depuis une année maintenant postule l’idée que ces deux missions ne doivent pas être séparées ni hiérarchisées. Au contraire, je pense que le centre d’art contemporain est le lieu de l’élaboration partagée de sens au sein duquel artistes et publics se rencontrent et échangent. Afin de prendre réalité, cette rencontre doit, à mon sens, se construire assez naturellement. Elle se fonde sur une volonté partagée entre les audiences locales et les artistes, pour la plupart venus de loin, de prendre le temps d’échanger.
Il ne faut pas oublier que nous sommes à Brest, au bout de la Bretagne, au cœur d’un territoire très riche en propositions culturelles mais aussi en marge des principaux axes de circulation de l’art. Je suis convaincu que sa situation géographique comme sociale constitue une opportunité bien avant d’être un écueil. En effet, si Brest n’est pas un point de passage, charge à nous d’en faire une destination. Ainsi, nous avons mis en place les outils nécessaires à l’accueil et au séjour des artistes en production et nous leur proposons systématiquement de profiter d’une temporalité de travail qu’ils ne trouvent pas nécessairement ailleurs. Nous avons notamment « neutralisé » un espace de 400 m2, précédemment dévolu à l’exposition, situé au cœur du centre d’art pour y installer un atelier de production. Les artistes peuvent ainsi travailler tranquillement, avec l’aide des régisseurs, et les publics sont invités à y entrer pour échanger sur l’art en train de se faire. Le centre d’art est ainsi revendiqué comme lieu vivant, habité et ouvert.
Et jusqu’ici, je suis très heureux d’observer que le système fonctionne. Des artistes comme Wilfrid Almendra, Florian Fouché, Goldschmied & Chiari ou Ernesto Sartori ont déjà pleinement utilisé ce nouvel outil. D’autres artistes comme Fredrik Vaerslev, Koki Tanaka ou Stéphane Calais ont également prévus de l’activer dans les mois à venir. Nous observons, par ailleurs, que les publics réagissent bien au fait de pouvoir entrer en dialogue directement avec l’artiste. Il se construit des habitudes. Au fur et à mesure de la construction d’un projet artistique, les gens observent, reviennent, dialoguent. Ceci constitue à mes yeux une perspective positive qui assoie notre action institutionnelle de soutien à la création dont les publics ne sont pas toujours conscients. 

V.H. L’institution se veut « le lieu du décloisonnement disciplinaire qui explore les autres champs de la création contemporaine, du graphisme à la danse, de la musique au design ». Cette mission est-elle un héritage direct, ou avez-vous désiré, en prenant la direction du centre d’art, d’en redéfinir les prérogatives ?

E.B. Plus qu’une mission, je dirais que l’ouverture du lieu à des formes de création qui débordent du champ strict de l’art contemporain constitue plutôt un axe affirmé de programmation qui s’inscrit dans une histoire du lieu. A l’origine, dans les années 1980, le nom « Passerelle » se voulait évocateur de transdiciplinarité. Le collectif qui a ouvert le lieu accueillait alors aussi bien de l’art que de la musique, de la danse ou du théâtre. Par la suite, le champ de recherche a progressivement été orienté plus clairement vers l’art contemporain à mesure que la structure s’institutionnalisait. En arrivant à la direction du centre d’art, j’ai souhaité renouer avec cette initiative historique et ce pour deux raisons principales. La première est que je pense que cette histoire est une richesse sur laquelle il est possible de construire un projet ambitieux avec l’outil désormais professionnalisé qu’est Passerelle. Grâce à l’immense travail de structuration et d’inscription professionnelle mené par la précédente directrice Ulrike Kremeier, le centre d’art ne ressemble à l’évidence plus à l’association d’amateurs qu’il était à l’origine mais constitue aujourd’hui un équipement opérant pouvant accueillir des propositions artistiques de tous horizons. La seconde est que Brest est un vivier fantastique de partenaires de très grande qualité qui dans leurs champs disciplinaires respectifs nous ressemblent dans l’exigence. En effet, nous travaillons main dans la main avec des initiatives locales certes mais de renommée internationale, comme le festival de musique électronique Astropolis, le festival de dance contemporaine DansFabrik porté par la Scène nationale Le Quartz ou encore l’ensemble de musique contemporaine Sillages, avec qui nous venons de lancer un festival en 2014. Ainsi, il ne s’agit pas d’accueillir une pièce de théâtre ou un spectacle de danse pour animer le lieu ou « faire évènement », mais bien de travailler sur le long terme dans l’échange programmatique pour souligner nos complémentarités et nos ambitions. Nous en avons d’ailleurs présenté un très bel exemple avec la performance chorégraphique de Goldschmied & Chiari et Lotta Melin, qui a activée l’exposition en cours et intégrée le programme officiel du festival DansFabrik 2014.

V.H. « A museum director’s first task is to create a public, not just to do great shows, but to create an audience that trusts the institution. » (Pontus Hultén) [La première tâche d’un directeur de musée c’est de créer un public, pas seulement de faire des belles expositions, mais de créer un public qui ait confiance en l’institution]. Le public, dans la déclaration d’intention du Centre, tient une place importante. Cependant, le « public » reste une entité abstraite, quasi conceptuelle. Quelle est votre conception du public et quels rapport souhaitez vous entretenir avec ce public ? 

E.B. Dans un territoire comme celui de la Bretagne et de Brest, le public n’est en rien une entité abstraite. Le centre d’art contemporain constitue à la fois un outil au service de publics de proximité (Passerelle est un équipement inscrit dans un quartier avec une sociologie bien identifiée) et s’adresse à un public national et international (des professionnels évidemment, mais également un public saisonnier de vacanciers). Ainsi, nos actions et opérations doivent s’adresser à tous sans pour autant faire de hiérarchie ou de clientélisme. Nous connaissons bien nos différents publics, leurs spécificités, leurs envies et leurs réticences aussi, mais je pense que chacun peut se retrouver, à sa manière, dans une proposition artistique qui si elle est solide peut être appréhendée sous différentes perspectives.

V.H. Quels sont les outils et les programmes qui structurent le centre d’art et établissent un dialogue avec son public ? Par exemple, que sont les Zones d’augmentation et comment s’articulent-elles avec votre vision du public ? 

E.B. Nous proposons un grand nombre de programmes en direction des publics. Ceux-ci vont de l’atelier de pratique avec les plus jeunes aux cycles de conférence ou autres visites accompagnées. Nous avons également mis en place depuis une année un dispositif spécifique que j’ai appelé les Zones d’augmentation. La notion d’augmentation s’entend ici au sens numérique du terme. Sur internet, la réalité augmentée correspond à la somme de données, de liens, de références qui viennent enrichir un sujet. A Passerelle, les Zones d’augmentation constituent un programme culturel physique et numérique développé par le service des publics dont les contenus sont déterminés en discussion avec les artistes invités. Dans le grand Patio central de Passerelle qui dessert les différents espaces est installée une zone dédié à la présentation de matériel artistique et/ou documentaire pour poursuivre et mettre en perspective les questionnements abordés par les propositions artistiques exposées. Elles se déploient également sur internet avec un espace numérique de contenus pour accompagner les expositions.

V.H. Passerelle propose des expositions monographiques ainsi que des expositions de groupe et tente d’articuler différentes disciplines. Plus précisément, comment concevez-vous la mission et les responsabilités d’un directeur de centre d’art en 2014 ?

E.B. J’ai choisi de prendre la direction d’un centre d’art contemporain car je pense passionnant le fait d’articuler une approche critique et curatoriale à un contexte territorial. En effet, les logiques globalisées qui régissent le monde de l’art que nous travaillons tous trouvent, à mon avis, leur sens et leurs opportunités de développement dans des situations précises à partir desquelles émergent des propositions concrètes. Je trouve stimulant mon rôle de producteur c’est-à-dire de critique d’art qui réunit les moyens intellectuels, matériels et humains de faire émerger des propositions artistiques dans une situation géographique, sociale et politique identifiée. De travailler dans l’aller et retour permanent et constructif entre local et global.

V.H. PIANO veut créer un espace d’échange et de dialogues entre des lieux d’art italiens et français. Pourquoi avez vous souhaité participer et quel programme proposez-vous ? 

E.B. Je pense que PIANO est un excellent exemple de structuration dans la collaboration et la mutualisation des moyens de production et de communication. Dans le contexte de crise budgétaire et institutionnelle préoccupant que nous connaissons en France, en Italie et partout ailleurs, il est primordial de repenser en profondeur les modes de financement et d’apparition des projets. Et au delà de la simple considération financière, il n’est plus pertinent aujourd’hui de penser un projet avec un artiste dans un seul lieu. PIANO comme les autres réseaux de production comme Cluster ou How to work together dessinent de nouvelles cartographies de l’art et proposent des solutions alternatives aux enjeux qui animent le système de l’art aujourd’hui.

Images:

1. Katinka Bock. Volumes en extensions, 2007 , exhibition view at Passerelle Centre d’art contemporain, Brest. Photo: Sébastien Durand
2. Wilfrid Almendra. L’intranquillité, 2013, exhibition view at Passerelle Centre d’art contemporain, Brest. Photo: Nicolas Ollier
3. Tania Mouraud, La curée, 2003 – Borderland, 2007. Exhibition Tania Mouraud. J.I.T. just in time, 2008. Photo: Nicolas Ollier
4. Stephen Willats, Free Expression, série Multiple Clothing,  1992. Exhibition Stephen Willats. Talking city, 2011. Courtesy FRAC Languedoc-Roussillon, FRAC Nord-Pas-de-Calais. Photo: Nicolas Ollier

 

close